Pour la libération des couilles

Publié le 15 Octobre 2005

Mercredi dernier, en sortant du boulot, je me suis arrêté comme d’habitude dans une boulangerie pour m’acheter mon pain au chocolat quotidien (Ces pains comme les croissants parisiens sont les meilleurs du monde !)
Dans la queue devant moi, une honnête mère de famille accompagnant deux jeunes garçons costumés et maquillés en mousquetaires.
L’attente faisant, il était évident que nos d’Artagnan ont dégainé leur épée en plastique pour en découdre.
A la fin de l’envoi, une, deux trois et un des gamins crie à qui veut l’entendre (c’est-à-dire tout le monde) :

« Et pan, dans les couilles ! »

Sourires dans la salle et face blême de la maman qui admoneste aussitôt son fiston en lui faisant remarquer que le mot « choses » (couille n’a pas été prononcée) est tout à fait incorrect et ne doit absolument pas être dit par un fils de bonne famille contrairement à ce qu’en pense son grand frère (la brebis galeuse) que le lui avait certainement appris.
L’honneur était sauf.
L’incident fut rapidement clos.
J’ai eu mon pain au chocolat.
De retour dans ma tanière, j’ai sauté sur mon inestimable Lexis de chez Larousse et lu avec un intérêt non dissimulé l’article consacré au mot « couille » : « Nom féminin, du latin « colia / coleus » et du grec « koleos » ou « fourreau » ou « gaine » (bande de cancres)
Ce mot est attesté (et même iculé) depuis 1256.
Définition : Testicule.
Le Lexis ajoute : « mot grossier, proscrit par le bon usage »
Sic.
Et sic transit gloria mundi !
Putain de merde de mes deux ! (couilles).
Voici donc un mot aussi vieux que la langue française (1256 !) – et peut-être plus – qualifié de « grossier » par les lexicologues !
Il n’en est fait aucune mention dans le pourtant excellent « Dictionnaire étymologique du français » de chez les Robert.
Bref les roberts de la rousse n’ont pas de couilles, na !
Ce mot a été profusément employé par Rabelais, Villon, Marot, La Fontaine (pas les fables, hein !) et j’en passe et des moins grossiers !
Je me demande même si Montaigne, Diderot, Voltaire (Rousseau, non, ce n’était pas le genre, même s’il a usé à tous vents de ces ustensiles)…
Tiens, ça me les gonfle ce genre d’attitude.
Le mot « couilles » est proscrit, alors que « impôt », « taxes », « CSG », « grève du service public » (par exemple) sont admis dans les plus hautes sphères de l’intelligentsia françoise !
Bref, encore un scandale que je dénonce par un nouveau cri véhément (et même, un hurlement bloguien universel)

Libérons les couilles du slip de la moralité décadente et de la pudeur lexicale !

Le mot « couille » doit absolument être réhabilité et porté au pinacle du verbe et du vocabulaire ; il en va de la prospérité et de l'avenir de notre langue !
Oui, je suis dur et ferme et même un peu long, mais je suis sûr que beaucoup de mes lecteurs de chez Tousexes et Tousâges apprécieront cette révolte, voire cette révolution.
Pour finir, j’ai eu vent d’une autre étymologie pour ce mot « couille » : Il viendrait en fait du droit romain (puis Français) qui utilisait l’expression « De cujus » (celui dont on hérite, et en pratique, le père) et qui devait se prononcer «  dé couillous »
Mais bon, c’est à vérifier et l’étymologie est une science très obscure, voire occulte.

Fin de loup (révolté, couillon, mais couillu)

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Commenter cet article

martinlothar 18/10/2005 20:02

Il est de retour du Limousin dans sa belle limousine bleue le Lewis ? C'est Limousin la raisinette ?

lewis 18/10/2005 18:45

meuh si, moi je demande une raisinette !

Enn' 16/10/2005 15:43

Martin...tu me la coupes...je dois m'incliner, et voilà pourquoi je regrette de ne pas être un homme! Non, nous n'avons rien inventé à Toulouse pour le ..."Pain aux raisins", pas plus que pour le pain au lait (que je trouve si joli aussi : un souvenir d'enfance...)

Mlle Moi 16/10/2005 14:42

yep, latin populaire coleonem, de coleo.Et Mistral dit la même chose pour l'occitan, le -on n'étant pour lui qu'un diminutif.

martinlothar 16/10/2005 13:23

J'aime tes commentaires, ils sont toujours léchés et tu t'occupes bien de mes petites affaires. Ceci étant, je prendrai dorénavant des pains aux raisins pour mon goûter? na !STV : Couillon vient plus directement de l'italien "coglione" mais doit avoir la même racine latine que couille.

Enn' 16/10/2005 13:07

Les Parisens sont vraiment des couilles molles d'appeler la chocolatine pain au chocolat ! Ce mot-là est si joli et si évocateur ! Pain au chocolat fait très "cul pincé".

Enn' 16/10/2005 13:04

Mes petits Roberts disent que coleus serait à rapprocher de culleus : sac de cuir. Le noim fu d'abrd coille. "Il s'agit en tout cas d'un mot populaire d'usage trivial".Usage moderne : couille molle, avoir des couilles, partir en couile.Ben moi, il y a des jours où j'aimerais en avoir des couilles à vrai dire...Mais pour courir, ça doit pas être pratique...Quel emprunteur ce Lewis, le voilà qui après avoir usurpé un pseudo voudrait troquer son w contre un x ! Non mais §

STV. 16/10/2005 10:46

Mais du coup je m'interroge : "couillon" vient-il du mot couille ? Si oui, quel rapport (je vous rappelle que tout rapport doit être protégé) ?STV.

Tippie 15/10/2005 22:54

Punaise, mais c'est pas vrai, et maintenant je lis salement les commentaires aussi:"Ensuite, un certain Lewis sévit sur les blogues, il n'a rien à voir avec moi, qui suis d'une grande érection. Ah mais !"Tsss...J'vais me coucher, ca vaudra mieux...!Jolie note MartinLothar. Comme toujours! :oD

martinlothar 15/10/2005 22:49

J'aime mieux "capillotracté" que "koleotracté" ça fait moins mal. Si, si, je t'assure !

Amarante 15/10/2005 22:44

« Cette note n'est pas iconoclaste, mais koleoclaste ! » Et le tout est capillotracté...

martinlothar 15/10/2005 22:36

Mlle Moi : Quel luxe en ce samedi, un icul de toute beauté et de Mlle Toi ! Je suis ému. Cette note n'est pas iconoclaste, mais koleoclaste !Indrl : Bienvenue. Je vais me pencher sur le con aussi (si j'ose dire)

indri 15/10/2005 22:21

c'est la première fois que je passe sur ce blog, et franchement, je suis conquise (merci mlle moi !). Mmm... j'ai essayé une fois de faire la même chose pour le mot "con", mais je ne suis jamais arrivé à faire aussi bien

Mlle Moi 15/10/2005 22:14

Secouons illico le prétendu 'bon goût'Piétinons gaiement les tabousCrie le LoupJ'aime bien quand tu fais de l'étymologie iconoclaste, le Loup :)

martinlothar 15/10/2005 22:06

Le pain au chocolat est patenté et labellé. Si je demande une chocolatine dans une boulangerie parisienne, je frôle l'émeute : "une quoi ?" "M'enfin, y'a pas ça en rayon, dépéchez-vous Monsieur, y'a du monde derrière vous !"Lewis : tout le monde t'a reconnu, grand couillon !

Lexis 15/10/2005 21:55

D'abord on ne dit pas pain au chocolat, mais chocolatine.Ensuite, un certain Lewis sévit sur les blogues, il n'a rien à voir avec moi, qui suis d'une grande érudition. Ah mais !