Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Prendre son courage à deux mains

18 Décembre 2005 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Runes

Le côté obscur de la force de l’habitude étant par définition très obscur, ce matin, je me suis réveillé à 6H30 comme tous les jours à boulot.
Mon cerveau pâteux de sommeil a réalisé quand même quelques secondes plus tard que c’était le jour du seigneur.
Dimanche quoi, bande de mécréants.
J’ai eu alors un gros et puissant flux de sympathie pour mon oreiller que j’ai pris à deux mains tendres, mais passionnées, pour le lui signifier manu militari voire aussitôt.
En même temps, je lorgnai le thermomètre qui indiquait une température extérieure de –1 degré de chez Celsius (encore un qui s'est barré en vacances au soleil).
Une raison de plus pour ne pas me lever et me rendormir dans les bras tendres, chaleureux et doux du jeune Morphée (en tout bien tout honneur, of course, bandes de dégueulasses malpropres et vicieux lubriques).
D’ailleurs, j’appelle mon oreiller Morphée.
C’est mon droit et c’est mon oreiller.

C’est alors que les ennuis commencèrent à se réveiller eux aussi.
D’abord une irréfragable envie de pisser…
Je me retiens et je pense à autre chose.
Ça passera ou ça pissera.
Ensuite, l’angoisse du manque de note pour ce soir.
Que vais-je pouvoir encore inventer pour satisfaire l’envie – désormais légitime - et le bonheur quotidien de mes lecteurs de chez Tousexes et Tousâges ?
Surtout que la note du dimanche soir, c’est traditionnellement la plus déjantée.
Si je ne fais pas de note, certains de mes lecteurs des deux maisons citées plus haut, risquent encore de se jeter de désespoir du dixième étage de leur chez eux.
Avec ce temps, ils risquent de prendre froid et je vais encore avoir des commentaires désagréables.
Remarquez, ils peuvent se foutre aussi de désespoir la tête dans leur four à micro-ondes de chez eux.
Le problème est que les fours modernes de cette race ne se mettent pas en marche tant que la porte n’est pas fermée.
Bon, ils n’ont qu’à foutre un procès aux fabricants de ces marques qui empêchent de se suicider facilement.

Ceci étant, mon problème à moi restait entier et s’agitait frénétiquement dans mon lit comme un zizi dans le slip d’un collégien amoureux de cartes et d’estampes un jour de pleine lune.
Par ailleurs, quinze milles choses à faire d’urgence, et remises toujours au lendemain commençaient à encombrer mon humble tanière d’un désordre et d’une saleté alarmante.
Bref, l’espoir d’une grasse matinée maigrissait à vue d’œil et de nez comme un bobo parisien dans un sauna pas cher et déréglé du 9-3.
Sur ce, je me suis dit : « Martin, il faut prendre ton courage à deux mains et te lever pour faire toutes ces grandes choses magnifiques »

Aussitôt, l’idée géniale jaillit : Je veux leur faire une note sur l’expression « prendre son courage à deux mains »
C’est une des expressions les plus débiles de la langue Françoise : En effet, comment peut-on prendre physiquement quelque chose de virtuel ?
Grande question philosophique générée dans la foulée d’ailleurs, non ?
Le courage est une vertu de chez Virtuel et aucun humain digne de ce nom n’est capable de le ramasser et de le foutre dans un sceau ou une poubelle de chez Quelconque.
Bon on peut se dire que courage vient du mot « cœur » qui est quelque part, quelque chose de bien physique ; bien que difficilement préhensible avec ses sales pattes de devant ou de derrière.
N’ai-je pas raison, ô lecteur de chez T&T ébloui une fois de plus par ma connerie pontifiante et culturée ?
J’avais cependant trouvé un thème pour ma note de ce soir et en soupirant d’aise et de réconfort, je demandai à Morphée de bien vouloir se mettre sur le ventre.
L’envie de pisser est revenue quand même à grand renfort de trompette et de cavalerie et j’ai dû prendre la décision qui s’impose dans ce genre de circonstances.
La question fut de savoir où j’avais bien pu mettre ce foutu courage.
Tous les tiroirs et tous les placards de ma tanière ont été ouverts.

Fin de loup

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ab6 20/12/2005 17:20

Martin, as-tu du coeur ? oui !parce que là, c'est d'la note !

martinlothar 19/12/2005 19:20

Merci.Oui, j'étais à la floode partie de Ab6, mais n'ai rien pu boire au bar : il y avait un tel monde !

werewolf 18/12/2005 23:47

j'suis un peu rassuré..et ptet que bonnes resolutions aidant...

werewolf 18/12/2005 23:46

est (était?) une marque anglaise de bière...il aye donc porfaïtement possibeul de pwendre sa courédge à deuu mains !

christian 18/12/2005 23:01

Si tu prends ton courage le dimanche à deux mains ne remets pas ce que tu pouvais pas faire le jour même.

Tippie 18/12/2005 23:01

Trop fort l'intro deux fois plus longue que le sujet de la note!C'est ce qui s'appelle 'tourner autour du pot' (de chambre)... hin hin hin(Je sors... J'm'en vais flooder chez ab6 tiens!)

Roxane 18/12/2005 22:42

Si Môssieu est au bar, il ne peut pas prendre soin de son lectorat. Faites des efforts, après...Néanmoins, je salue la trêve du Manuel de Survie prévue pour janvier (je le rappelle pour ceux que ça intéresse...). Comme quoi, Martin respecte tous ses lecteurs, même ceux qui ont mauvais goût!

Florence 18/12/2005 22:29

Et Martin est au bar chez Ab6...comme tout le monde...

Roxane 18/12/2005 21:57

Je suis sauvée: j'habite au premier et mon micro-ondes est en panne. Mais j'ai eu chaud!!A propos, qu'est-ce qu'il fait froid!!!!

Crooke 18/12/2005 21:50

Ben dis-donc, il travaille fort ton cerveau le dimanche à 6h30 du matin.Faut-il aussi faire un procès aux fabricants de fours traditionnels pour le coup de chaud que l'on risque de se prendre en se suicidant?