Mais de quoi se plaint-il ?

Publié le 15 Mai 2006

Le mot « quérulence » (nom féminin) est dans tous les bons dictionnaires achetables ou pas.
Il a remplacé le mot « quérimonie » que l’on ne retrouve plus dans aucun dictionnaire même bradé dans les rédries (réderies), brocantes ou autres vide-greniers.
En fait, c’est un mot très moderne de psychiatrie signifiant, l’action ou l’état de se plaindre sans cesse de tout et de n’importe quoi.
Plus officiellement : «  Action revendicatrice de sujets ayant la conviction d’être lésés » (Lexis, Larousse, 1979)
C’est un mot ultramoderne, ou très contemporain en tout cas, et qui nous concerne tous.
Un jour ou l’autre…
Indubitablement…
Quelle que soit la forme, la taille, la puissance ou le sexe de note zizi (ou pas)

Au jour de notre aujourd’hui, c’est même un mot sociologique en diable, en Freud, en Marx, en Jung, en Lévis Strauss et en Derrida (et autres chieurs hein !)
C’est vrai que nous nous plaignons de tout, tous les jours et pour notre plus grand bonheur en fait…
Alors que nous avons presque tout sous la main.
A notre botte !
Pour notre plus grand malheur quelquefois.
Je me demande d’ailleurs, si la finalité de l’humanité n’est pas de devenir folle…

Le mot « quérulence » a pour racine étymologique le substantif latin « querela » (plainte) qui (et j’en mets mes deux burnes à trancher) est à l’origine de querelle et autres bafferies, mais qui a surtout pour racine le verbe archiprolifique « quaerere » qui engendra question, quémander, et autre quête (et pourquoi pas quéquette).
La vie des hommes et des loups n’est qu’une quête de peu de temps.
Les guerres ne sont que des questions sans réponses.
Mais la vie n’est pas autre chose qu’une quête.
Non ?
La cause classique de cette quête est le Graal, mais derrière cette coupe il y a bien sûr notre paradis à nous de chez Plusultimetumeurs.
Et le Paradis le plus intime aussi hein ?
Personne n’a le même Graal à chercher.
En fait, le Chevalier le plus efficace a bien été Charles Darwin…
Je vis courtement car je n’ai rien demandé, mais j’espère vivre le plus longtemps possible et surtout, le mieux possible.
Du moins, le moins mal possible.
Aussi, je fais tout mon possible à cet effet.
Tant pis pour ceux qui seront sur mon chemin pour m’en empêcher, ou tant mieux pour eux qui y seront pour m’y aider.
Les copains, les frères de chez Tousexes & Tousâges !
Je vis.
Point à la ligne ?
Je vois, j’entends, je renifle, je goûte, je touche, je marche, j’aime ou je n’aime pas, mais je vis.
Je respire, je mange, je bois, je bave, je pisse, je chie, je crache, je souffle, je vomis, je rôte, je tousse, je pète, je pleure, je ris, je dors, mais je vis.

D’ailleurs, tel Ulysse, je reviens présentement d’un voyage fabuleux et j’ai eu deux semaines de vacances formidables.
J’ai même pris mon premier coup de soleil à Amiens, Picardie, France, Planète Terre, Système solaire (of course, pfff) Voie lactée, Univers.
C’est vous dire…

Mais demain je reprends le boulot…
Il y a de quoi être quérulent hein !
Je reprends mon blogue aussi et mes chers lecteurs de chez Tousexes & Tousâges.

Mais de quoi se plaint-il en fait ?

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

honey 17/05/2006 22:58

mais moi aussi, je me plains tout le temps!"lui" aussi se plaint tout le temps de moi!1 à 1 la balle au centre...L'arbitre siffle. Le jeu reprend.

La Féline 17/05/2006 17:46

Je viens de m'apercevoir que j'ai surinvesti, à ta lecture, le sens que l'on octroie à notre cher paradis d'un jeu de mot qui n'en est peut-être pas un: plus ultime tumeur...

ab6querule 16/05/2006 21:30

Bien joli mot.Bien jolie note.

véronique 16/05/2006 20:20

moi, j'aime bien le "cru " ! ça réveille ! etet j'en redemande !

STV. 16/05/2006 10:35

ça faisait longtemps que j'étais retombé sur des notes trop longues pour être lues. On voit que le loup est de retour pour de bon.

Mlle Moi 15/05/2006 22:45

Le loup en grande forme :)

Bluemoon 15/05/2006 21:21

Oui, les filles, Martin en parle beaucoup de ses b... (bijoux de famille) ! Hier "elles" étaient confites et aujourd'hui, il "les" met à trancher. Prends-en un peu soin, Martin ! Enfin, moi, ce que j'en dis... Elles pourraient bien devenir quérulentes.Ceci dit, quérulence me plaît bien. Je pense que je vais m'en servir. Mais quérimonie est pas mal aussi, il rime avec acrimonie. ça fait la paire. Et voilà ! On y revient toujours !! Et je m'endormirai ce soir en ayant appris un mot nouveau. Eh oui ! Je ne connaissais pas Quérulence.

lewis 15/05/2006 21:21

Tu reprends le bulot ?

Doudou Janis 15/05/2006 20:26

PSYCHIAT. Tendance exagérée à la revendication et à la recherche d'une réparation de dommages immaginaires.Je préfère ta définition, plus simple et moins juridique, mais les années 80 sont loin derrière.

laouenanig 15/05/2006 19:36

Doudou Janis: lis attentivement la 3eme phrase en commençant par la fin, fin de loup comptant pour une phrase (je n'ose la citer, de peur de rougir sur blog)tu ne trouves pas qu'il exagère un peu?non seulement, nous avons droit à des "signes de son anatomie", mais en plus, il nous donne un avant gout de ses "appetits"..." mes chers lecteurs de chez Tousexes & Tousâges."(l'important étant le verbe dans la phrase..)quelle santé!y a pas à dire: les vacances, çà vous remonte un homme!

Doudou Janis 15/05/2006 18:46

Je suis pas quérulente moi, bien que très très très française, et c'est pour ça qu'on me dit toujours : "Ah : ben toi ça va toujours" T'as qu'à croire...Dis moi Martin, c'est nouveau, des gros mots, des signes de ton atanomie masculine à chaque note, en plus de "fin de loup", tu te lances des défis : mettre un mot sur mes organes par note...

Kampyo 15/05/2006 17:13

Eh beh!!!