Les traîneuses ou pourquoi les anges ne pètent pas

Publié le 16 Juin 2006

Tout petit, je me souviens de m'être interrogé sur la nature de ces nuages parfaitement rectilignes qui striaient le ciel de temps en temps.
Leur trait, parfaitement géométrique, se différenciait nettement des autres nuages dont la forme chaotique ne peut intéresser que les vrais poètes ou les adeptes de la théorie des fractales (ce qui est sans doute la même espèce).
Mes fidèles lecteurs de chez Tousexes & Tousâges ne s'étonneront pas de cette jeune et géniale observation par l'esprit, certes pré-pubère, mais supérieur et surdoué qui est le mien et qu'ils me reconnaissent tous.
Hein, quoi ?

A l'époque, je n'ai pour toute réponse que la théorie d'un de mes imbéciles (et néanmoins bien-aimés) de grands frères qui m'expliqua alors que ces nuages rectilignes étaient tracés par le vol des anges qui pour se propulser, pètent des nuages.
C'est malin, hein !
J'ai cru à cette explication fraternelle jusqu'à ce que je réalise que le nombre de ces traits nuageux et angéliques étaient proportionnel au nombre des archicons proliférant sur notre belle planète.
Les anges ne pouvant pas être cons, je suis alors me renseigner sur la nature réelle de ce phénomène.

Nous avons tous vu ces longues traînées blanches que les avions laissent dans le ciel.
A vrai dire, nous en voyons de plus en plus souvent puisqu’il y a de plus en plus d’avions en vol.
Ces nuages filandreux, ces cirrus artificiels résultent de la condensation des gaz chauds de combustion des moteurs de l’appareil au contact de l'air froid et sec.
Les anglophones et néanmoins spécialistes les appellent « contrails » qui est un mot formé de la contraction des mots « condensation » (condensation) et « trails » (traces).
Aux dires de certains, ces trucs-là contribueraient un peu au réchauffement de la terre dans la mesure où la nuit, ils emprisonnent la chaleur remontant de la terre.
Cet effet de « couvercle » est moins sensible le jour car les contrails réfracteraient la lumière du soleil en la renvoyant dans l’espace.

Bon, l’objet de cette note n’est pas de rentrer dans ce débat à baffes écologiques que notre cher Servum Pecus (en lien à droite, pub), exposera mieux que moi, mais d’inventer un mot français pour désigner ces cirrus artificiels.

Je propose « traîneuse » qui serait aussi la contraction franchouillarde des mots « traînée » et « nuageuse »
C’est plus joli en tout cas que « contrace » ou tout autre « con », hein.

A que quoi que vous en pensez les potes & potesses, hein ?

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Doudou Janis 18/06/2006 02:33

J'avais commandé chez Lewis une note sur les Gazs Grimaldogenes, et tu l'as fait...(apparemment ça n'a rien à voir avec moi m'enfin...tu l'as faite).Et aussi bien sur comme le dit Laouenanig, Merci d'être là... sur ce blog et les autres parce que j'aime beaucoup ce que vous faites toi et le loup.Bises

Tippie 18/06/2006 00:35

Moi aussi, j'ai ete en-traineuse, dans mes jeunes annees... Je faisais le cours avec les "poussines", a la gym ;o)

laouenanig 17/06/2006 19:31

euh? Doudou, c'est "d'exister" la réponse à la question?m'enfin, si on me dit: espèce de traineuse, personnellement, je le prends assez mal...les hommes ont bien souvent des vues bien moins poétiques, ou simplement scientifiques, que les tiennes...

martin Lothar 17/06/2006 18:48

De rien Doudou, mais merci de quoi ?

Doudou Janis 17/06/2006 01:41

Merci !

werewolf 16/06/2006 23:10

les hotesses de l'air sont en quelque sorte des en-traineuses

Doudou Janis 16/06/2006 22:03

demander à Albert ! Il s'y connait lui ...il prend souvent l'avion, et on chante les anges à l'Ile aux Moines...et il a gouté au cassoulet de Mme Lamour ..

petiterenarde 16/06/2006 20:45

Quoi ?!! on t'aurais menti !!! mdr !traineuse... oui, çà sonne pas mal !bises