Rigolons pendant qu’il en est temps

Publié le 20 Octobre 2006

 

Le mot le plus rigolo de la langue française est vraiment  le mot « rigolo »
D’abord parce qu’il est rigolo à dire et à écrire et ensuite, parce qu’il veut dire « rigolo »
C’est vrai que l’on dirait le nom d’un clown ou autre fantasque et distrayant personnage de comédie (ou pas) !

Bravo donc à Monsieur Camille qui a parfaitement répondu à ma question du jour.
Et bravo aux autres rigolos de service pour leur participation rigolote.

De plus le mot « rigolo » doit être un des mots les plus souvent prononcés dans la logosphère francophone.
A tel point, qu’on le croit « familier », voire argotique pour ne pas dire enfantin.
Le féminin de rigolo est « rigolote »
Ce qu’il y a de rigolo là-dedans c’est que le rigolo mâle ne prend pas le thé que sa femelle nous sert pourtant avec des œufs en plus.
Par ailleurs, le rigolo a été longtemps célibataire et beaucoup de nos ancêtres ont dit « des choses rigolos » qui étaient quand même rigolotes, hein !
Aussi, ne tiquerai-je pas quand d’aucune écrive « rigolot » en prenant le mâle thé (Merci Mido !)
Je ne sortirai pas mon revolver (appelé aussi rigolo) ni mon zizi (nommé souvent rigolo) non plus, hein !

Bien que maintenant il soit certainement supplanté par le jeune « marrant » des familles ou le « ça déchire grave » des banlieues en feu, le rigolo a ses lettres de noblesse et bien des avatars pour ne pas dire de multiples cousins.
Notre bon maître François Rabelais « rigoullait » déjà dans son quart livre et dès lors, les étymologistes se perdent en conjectures et en théories sur les origines de notre « rigolo »

Bon, je vous passerai bien des délires pour ne retenir que la version voulant qu’il soit un des premiers « mots-valises » de notre belle langue Françoise, franche et oisive.
Notre rigolo viendrait ainsi des mots « rire » (Du latin « ridere » rire, sourire, se moquer) et « galer » (s’amuser, se divertire, s’envoyer en l’air)
Le mot « galer » vient lui du Francique « *wala » qui signifierait « bon, doux, agréable, paradisiaque) et qui devint le substantif désignant tout amusement, divertissement, ou débauche au grand pied bleu.
Ce « galer » a produit les fameux « galant » et sa génération de galanterie et de galanthommerie pour finir par notre moderne « gala » bien people et pailleté (ou pas)
Charlie Bregman (en lien aussi à droite, pub) me rappelle par un commentaire sur cette note le cousin mot "régal" (re galer) qui nous régale avant de nous faire rigoler.

Le bon François de Montcorbier ou des Loges alias François Villon (un voyou, vaurien et rigolo des neiges, des faubourgs et d’autres banlieues d’antan, auquel je me sens plus proche d’ailleurs que certaines tâches graves, débiles, indélébiles et trop contemporaines) nous a aussi laissé cette note graphitée et intemporelle :

Je plains (je regrette) le temps de ma jeunesse
(Ouquel j’ai plus qu’autre galé
Jusqu’à l’entrée de vieillesse)
Qui son partement m’a celé…

(Le Testament, XXII)

Rigolons donc pendant qu’il en est temps sachant que dans notre beau pays luxueux, bananier, médiatique et insouciant, toutes les fêtes galantes se terminent inévitablement sinon par une chanson que nous savons ou non de Marseille, du moins par un gros mal (ou manque) de tête et que les lendemains de banquets se ressourcent dans les bains du sang de nos larmes coulant dans les rigoles de nos joues amaigries.

Attention : Ne pas confondre « rigolade » et « rigolage » Ce dernier étant relatif à l’irrigation des sillons enfin abreuvés dont on ne sait de quel liquide trouble ou troublant.

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

martinlothar 21/10/2006 14:15

Mido : Oui c'est franchement grave comme faute hein ! On devrait la mettre en examen la "d'aucune" Bises.Laouen : MDR ! (mort de rigoler)Camille : Tes mollets doivent être rigolos hein !Charlie : Oui, tu me rappelles que j'ai oublié de mentionner le "régal" qui est un cousin de rigolo.Gino : Merci pour cette précision qui me permet de mieux comprendre le commentaire de Werewolf d'avant hier. Je ne connaissais pas ce supplice pas rigolo finalement.

Gino 21/10/2006 10:10

Rigollot avec deux ailes et un thé : marque de sinapisme. J'ai subi ça dans mon enfance ("je crois qu'on va lui faire un rigolo"). Je pensais que ça s'écrivait rigolo et que c'était censé faire rire. Mais non, ça piquait et ça sentait fort la moutarde. Des générations de sinistrés du Rigollot ont obtenu sa mise au ban de la pharmacopée française. Dommage quand même. Pour le nom.http://www.vidaldelafamille.com/medicament/osinap01-SINAPISME-RIGOLLOT.htm

charliebregman 21/10/2006 05:57

ça rigole, ça rigole ... Rigolera bien qui régalera le dernier !

Monsieur Camille 20/10/2006 22:37

et oui j'ai toujours raison.(comment ça c'est pas rigolo ?)

laouen 20/10/2006 22:31

m'enfin çà ne me dit pas si le rigolo en question était un vrai ou un faux con.; ( voir mon comm précédent)Comment je n'ai rien compris à la réponse?Déjà que je n'avais rien compris à la question.. bientot ils vont me traiter de vraie conne femelle thé ( bien moins rigolo que le faux con mâle thé)je sorsah bon, j'étais rentrée?je ressors alors (bouing, bouing) ( bruit du ressors qui saute)désolée...et bises

Mido 20/10/2006 21:47

Je savais pas tout ça !!!!Mais y en a qui écrive rigolo avec un "t" ? Je le crois pas !!!!