Ça me va comme un lagan

Publié le 22 Novembre 2008

Réédition d'une note du 21 février 2007

 

L’excellent Pierre-Jean de chez Alf le Chat a remarqué dans une note l’usage que je fis du mot « lagan » qui, j’en conviens n’est pas un terme banal, dans tous les sens.
C’est un substantif masculin venant du vocabulaire juridique et qui désigne tout objet ou épave dérivant sur la surface de l’eau (marine ou océane)

Il a échoué dans le dictionnaire « vulgaire » à la suite du naufrage de l’expression juridique « Droit de lagan » qui est en quelque sort le droit à récupérer tout ce qui traîne dans ou sur la flotte sans collier, sans maître et sans laisse et de se l’approprier en toute légalité voire impunité.
Ce droit évidemment a eu ses abus et ses dénis dans la mesure où il était une véritable « aubaine » pour les naufrageurs de tout poil qui n’hésitaient pas à orienter les navires vers des récifs implacables pour mieux en récupérer la cargaison le lendemain.

[ Une actualité récente — Novembre 2008  — nous cause de pirates somaliens]
Ce droit de lagan n’est malheureusement pas utilisé pour repêcher les millions de tonnes de déchets (en plastiques pas biodégradables, notamment) qui agrémentent la houle et le fonds de toutes les mers du globe pour le plus grand bonheur des poissons et autres hôtes de ces bois liquides.


Ce mot « lagan » est de noble race et de haute culture puisqu’il nous vient du scandinave « lagh » (le « gh » remplaçant certainement une lettre oubliée dans son périple) signifiant « règle ou disposition juridique » qui tel un lagan a dérivé dans pratiquement toutes les langues depuis ses toundras vikings jusqu’au forum romain.
Passé les Flandres, il s’est dirigé vers l’Ouest où le « gh » s’est transformé en « w » pour former l’ultra célèbre mot anglais « law » (loi)
Dans l’empire latin, il est devenu « laganus » avec le remplacement du « w » par un « G » comme je l’ai déjà signalé à propos de « William» et de « Guillaume », puis « lagan » en droit français.

En passant, il fit sans doute un legs au mot legs, mais c'est très contestable par beaucoup trop d'héritiers !


A noter que le lagan n’aurait rien à voir avec les mots « lagune » et « lagunaire » (que j’aime beaucoup) qui viennent du « lacus » latin (lac, étendue d’eau) bien que le grand Verbe s’abreuve souvent à des sources insoupçonnées.

Le lagan est donc une « aubaine » et c’est bien souvent « chape-chute » pour son inventeur (celui qui trouve en cherchant ou pas).
Le mot « aubaine » vient lui aussi comme le lagan d’un ancien droit (d’aubaine) qui permettait au seigneur du lieu de récupérer les biens de « l’aubain » ou étranger venu mourir sur ses terres.
Le mot « aubain » (étranger, métèque, sans papier) vient du Latin « albinus » dont l’origine est très vague, mais qui n’aurait rien à voir avec « albus » (blanc) qui donna le mot « albinos ».

Quand à la « chape-chute » qui est un substantif synonyme d’aubaine, d’heureux hasard (mais aux dépends d’un autre), il provient de la trouvaille d’une chape (sorte de cape ou de pèlerine) qu’un quidam laissa chuter sur le sol sans s’en apercevoir ou par infortune.

Le verbe « chape-chuter » signifiait produire un petit bruit (comme celui d’une chape tombant dans l’herbe d'un pré de duel)

Notre bon maître Jean
fit d’ailleurs chape-chute de la « chape-chute » dans la fable « le loup, la mère et l’enfant, Livre IV-16 » :

« Un villageois avait à l'écart son logis.
Messer Loup attendait chape-chute à la porte;
Il avait vu sortir gibier de toutes sortes,
Veaux de lait, agneaux et brebis
Régiments de dindons, enfin bonne provende.
Le larron commençait pourtant à s'ennuyer… »


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

saturnin abadie 23/02/2007 23:47

Je suis démasqué! Melle Beulemans n'a pas le cul éventé mais chut...Ne le dites pas car c'est un secret.

Melle Beulemans 22/02/2007 22:45

Si vous entendez par là (et même si par là vous n'entendez rien), "exposé à l'air", soit, mais dans l'acception "altéré par l'air" (comme le vin éventé ne valant plus rien), NON (et puisqu'il m'a trouvée, demandez son avis à Saturnin!D'autre part, est-ce la France qui est une bonne aubaine pour les aubaines ou les aubaines une bone aubaine pour les français?

laouen 22/02/2007 22:07

et si tu te prends les pieds dans ta chape, non, ta cape, tu chutes!petit bruit, petit bruit...en chutant, si tu crie b**** de m**** fait ch*** n** de d***, tu m'en reparleras du petit bruit!marrant ce mot, lagan, associé aux naufrageurs.en Bretagne, on appelle la côte Nord du Finistère, lieu où soit disant sévissaient des naufrageurs, le pays Pagan.les sonorités se rejoignent.lagan, lagan...c'est pas le gant plutôt?la gant, c'est une moufle non?ok, je sors.. sinon le Loup va jouer au croque-mitaine..bises

Leu Warou 22/02/2007 21:01

Ludwig : La chair humaine a toujours fait vomir les loups. Une allergie, peut-être ?Mlle Beulemans : Oui, la France est une bonne aubaine pour les aubaines, mais d'aucuns diront que c'est chape-chute aussi hein !Saturnin : Un cul éventé ou non doit toujours se garder. Ça peut servir pour les longues soirées d'hiver.King Léon : Malheureusement dans la fable, le loup n'a pas été vieux lui de mer mais plutôt le dindon de la farce hein !

kingleon 22/02/2007 18:04

Le "droit de lagan" transposé du droit maritime au droit rural devrait permettre au loup de manger les poules !!! quelle "chape-chute". je ne connaissais pas l'expression "chape-chute" ce loup quelle aubaine!!!

saturnin abadie 21/02/2007 22:46

Issu d'un pays de montagnes, je ne savais rien de cette loi maritime. Puisque Melle Beulemans est passée avant moi, j'en profite pour poser cette importante question: Je l'ai trouvée le cul à l'air dans un lac de montagne. Puis je la garder?

Melle Beulemans 21/02/2007 22:34

Alors les étrangères sont des aubaines en France?

Ludwig 21/02/2007 22:13

Excellent !!! Bas les pattes le loup, on ne mange pas mon parrain qui est de toute façon une vieille bête trop coriace a manger, tu y laisserais ton dentier.