Peau de balle et monnaie de singe

Publié le 6 Mars 2007

J’aime beaucoup les expressions « coûter les yeux de la tête » et « coûter la peau des fesses » signifiant que c’est vraiment, mais alors vraiment très cher.

J’utilise souvent l’une ou l’autre et parfois, l’une et l’autre quand toute la tirelire en cochon rose y est passée.
Il convient alors que l’achat soit de la qualité de son prix sinon, je n’ai plus d’yeux pour pleurer et ce serait trop douloureux de m’asseoir dessus !

Quand c’est une autre personne qui les emploie, j’imagine cet interlocuteur à la caisse du magasin en train de se faire énucléer à la petite cuiller par la caissière ou encore, présenter ses fesses pour que ladite caissière découpe au cutter (en tirant la langue) la surface monétique de son cul.
Je le vois aussi au guichet du service après-vente, équipé d’une canne blanche et sanglé d’un coussin sur les fesses, rendant son achat et réclamant patiemment qu’on le rembourse de ses yeux et de son parchemin callipyge.
Le mot « callipyge » vient du Grec et signifie « beau cul » par « kalos » (beau) et « pugê » (fesse)

Je me demande pourtant ce que peut valoir une paire d’yeux et une peau de fesses à la bourse (Je vous en prie, modérez vos commentaires là-dessus hein !)
Je suppose que des yeux vairons auront moins de valeur et qu’une peau du cul tatouée par Van Gogh (ce qui devient de plus en plus rare, c’est vrai ou douteux) vaudra au contraire la peau des fesses.
Le mot « vairon » vient de l’ancien Français « vair » qui a son ancêtre dans le mot latin « varius » (varié, différent, bigarré)
Des yeux vairons sont donc de couleurs différentes ce qui est une coquetterie génétique, somme toute assez rare.
Les fesses ne sont jamais de couleurs différentes, sauf exposition débile sur la première plage venue.

Bon sinon, pour ne pas me retrouver un jour la tête dans le cul, moi je préfère payer par carte bancaire même si, au bout du compte, elle me coûte les yeux de la tête, voire la peau des fesses.

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ennorab 20/03/2007 14:52

La peau des fesses, ça vaut la peau du cul, mais bien moins que la peau d'Zob..... Le prix est identique en euros, en francs CFA, en dollars , en livres.....Si vous voulez faire des économies, mieux vaut la payer en afghanis, en dirhams, en dinars...là elle ne vaut presque rien.....Pour les diabétiques, payez en sucre !Enfin, quel que soit le prix qu'on peut leur attribuer, il y a un juste milieu, que les marins ont trouvé, en payant en "poissons".......La peau des fesses vaut une raie !ennorab

Leu Warou 07/03/2007 21:43

Pierre : Merci. Je n'ai plus de psy, j'ai bouffé le dernier (mais j'ai conservé sa peau des fesses pour payer le psychiatre)Saturnin : Fais gaffe, c'est de la fausse-monnaie ça hein ! En remarque, avec la photocopieuse, on a le cul au chaud un moment.Laouen : Il faudrait que la racaille pige le callipyge !Tippie : C'est malin, tes couches ont fait long feu hein ! Pff! Elle en tient une couche celle-là ! (LOL)Werewolf : On voit que monsieur a mis la main à la pâte hein !Nils : Il y en a qui achète tout aveuglement hein !Werewolf : Ça fait deux fois que nous la fait dans la poètique astronomique (C'est le pleine lune, min fiu Leu Warou ?)Fanette : Merci pour ces précisions chirrurgicales. Ceci étant, je préfère qu'on me retire la peau des fesses que la peau des balles car il y a moins de risques de dégâts colatéraux !

Fanette 07/03/2007 13:20

L'origine de l'expression "cela coûte la peau des fesses" ?Cette expression, dont il existe différentes formes depuis le Moyen Âge, est en opposition avec l'expression "peau de balle" qui sont en rapport directe avec la peau recouvrant les testicules et qui semble (dans l'expression) n'avoir aucune valeur... Sauf pour son propriétaire !!!Bizarrement, "la peau des fesses" semble avoir une valeur très largement supérieure tout comme celle de "la prunelle des yeux".Car si la prunelle des yeux a incontestablement une grande valeur, pourquoi la peau des fesses en aurait-elle plus que celle d'une des parties viriles du mâle ?Il faut sans doute remonter à une époque ou les déplacements se faisaient essentiellement à cheval et ou donc la peau de cette partie de notre anatomye était précieuse et dont il fallait prendre grand soin.

werewolf 07/03/2007 11:38

l'étalon or-bite

Nils 07/03/2007 09:34

Moi aussi j'aime bien l'expression "coûter les yeux de la tête", comme tu le dis, ça exprime que quelque chose coûte vraiment très très cher. Cependant je péfère ne pas imaginer quelqu'un qui paie avec ses yeux... beurk !

werewolf 07/03/2007 08:24

Ah bon !? les couches n'ont rien à voir avec la peau des fesses ?

Tippie 06/03/2007 23:23

Pour ma part en Hongrie, j'ai complètement pris conscience de que l'on entend par "perdre au change". (Ce qui n'a rien à voir avec les couches...)

laouen 06/03/2007 21:55

çà fait du bien! après une journée à faire la queue, je rentre enfin chez moi à 20h30, et je lis ces quelques lignes. de quoi retrouver le sourire.et si l'on a des lunettes, pour se faire énucléer, c'est plus génant. les tricheurs peuvent peut etre payer avec leurs lentilles de contact?quand à la peau du cul, on dit que l'argent n'a pas d'odeur, mais là... question d'hygiène.je me promets d'employer le mot callipyge prochainement.imagine, dans la rue, le kaïra qui cause (kaïra= racaille, = jeune voyou):oh la meuf callypige!, comment elle est bonne!!!bises! (gratuites je précise)

saturnin abadie 06/03/2007 21:54

Pour préserver mon cul si précieux, je me suis assis sur une photocopieuse et j'en ai fait 135 copies, que je peux distribuer aux vendeuses qui prises d'admiration, me font des réductions.

pierre 06/03/2007 21:16

"j’imagine cet interlocuteur à la caisse du magasin en train de se faire énucléer à la petite cuiller par la caissière ou encore, présenter ses fesses pour que ladite caissière découpe au cutter [...] la surface monétique de son cul." Waouhhhhh ! Au fait qu'en dis ton psychanalyste ? En tout cas c'est bien dit, et c'est toujours ça de pris !