Demain, il faut aller voter... (Référendum, le premier tour - épisode 2)

Publié le 28 Mai 2005

Classé dans la série : « Les colères du loup-garou »

Bon c'est pour tout ça (voir épisode 1, plus bas)
Mais qu'est-ce que je vais pouvoir voter demain?
Je suis dans la merde.
D'autant que mon Nounours - qui regarde tout ce que je fais - vient de me dire qu'en fait dans un référendum, il n'y a pas de second tour...
Donc les sondages finalement je m'en branle.
Je m'enfonce encore plus dans la chose.
Bravo l'Europe, on ne peut rigoler qu'une fois et il n'y a pas de roue de secours !
Mais l'autre dimanche qu'est-ce que je vais pourvoir bien faire ?
Donner un bain au nounours ?
ça dure pas longtemps...
Bon bref, c'est oui ou c'est non ?
Et si je votais Zut (comme Arthur - Arthur Rimbaud, pas Arthur Martin)
Il n'y a pas de bulletin de ce type mais mais je vais en faire un pour moi tout seul. Na !
Je verrai bien...
Tiens j'irai à pied et en bermuda s'il fait beau (j'ai des mollets superbes, j'en suis très fier et de très beau pieds aussi mais je ne peux quand même pas y aller pieds nus...
Pourquoi pas ?
J'adore marcher pieds nus - on en reparlera...
Sur le chemin de l'école - le bureau de vote est dans une école primaire - c'est le pied (nu) d'ailleurs parce que j'adore les écoles primaires et les votes c'est la seule possibilité pour moi d'y retourner sans risquer de me faire engueuler par ce que je n'ai pas appris ma poésie.
La poésie à l'époque c'était pas mon truc
ça a bien changé : ça a quand même de bons côtés de vieillir.
Mes trucs c'étaient Donald - non plutôt les maths, la balle au prisonnier et le touche-pipi dans les chiottes avec mon pote Eric.
Il est mort le pauvre Eric...
La moto...
Une horreur, un carnage...
A faire vomir un vrai loup.
Un si beau gosse, joyeux, sympa et cancre comme jamais je n'en ai rencontré.
Il ne me touchera plus jamais le zizi...
On en reparlera d'Eric.
Bon, sur le chemin des écoliers, je réfléchirai (ça fait au mois une borne)
Et puis dimanche soir, quelque soit le résultat, j'irai sur les champs avec le trombone de mon grand-père et je ferai la fête...
Surtout si c'est le parti des Zut qui a gagné - mais là, vraiment aucune chance...
Il y a aura plein de Oui et de Non en liesse comme moi.
Un français c'est vraiment con.
On gueulera tous en choeur : "On a gagné, on est les champions"
On cassera tout.
Et peut-être que je jouerai au touche-pipi avec un CRS
On verra bien lundi.
Fin de loup.

Publié dans #Angoisses

Repost 0
Commenter cet article