Etonne-moi, Benoît.

Publié le 15 Juillet 2005

Classé dans la série : « Les colères du loup-garou »

Moi, j’aime bien les Papes, les curés, les bonnes soeurs et l’Eglise Catholique.
J’aime bien les religions chrétiennes d’une manière générale : Je trouve ça utile voire indispensable dans ce monde globalement bordélique où les lubies polarisées se disputent sans cesse avec les chienneries lobotomisées pour le plus grand profit des mafieux, des esclavagistes, des vaniteux nombrilistes et corrompus et des despotes de tous poils.

Dieu et moi, nous nous sommes fâchés il y a quelques années (pour des broutilles certainement)
Je ne lui cause plus et je l’ai rayé de mon carnet d’adresse.
Lui non plus et aussi.

Pourtant, j’ai été baptisé : à la hâte, certes (je n’étais pas viable à la naissance paraît-il et je ne sais toujours pas si c’est vrai) par un grand froid de canard sauvage (ce qui n’est pas donné à tous les enfants du Bon Dieu) dans une des plus belles cathédrales du monde (non, c’est carrément la plus belle) non loin de la pseudo relique digitale de Saint-Jean le Baptiste (c’est chic hein !) et d’un ange pleureur.

Petit jeu : Quelle est cette cathédrale ?


J’ai fait toutes mes communions.
J’ai été enfant de chœur (LOL comme on dit)
J’ai été scout (LOL bis)
J’ai été aussi templier (Oui, ça existe toujours, MDR)
Mais j’ai toujours préféré la lecture à la prière ou aux sodomies collectives de diptères : c’est plus efficace et plus enrichissant, somme toute.
La foi est un problème collectif dont la solution est au tréfonds de chacun de nous.

J’ai lu très jeunes les évangiles avec la conviction que Dieu existait et qu’il était tous les soirs sous mon lit avec mes légos et mes chaussettes quand je me couchais après la prière.
Je les ai relus récemment avec la conviction que Dieu n’existe pas et ça m’a toujours autant intéressé.
Et même ça m’a beaucoup intrigué dans la mesure où dans ce blogue collectif et Cecilbédemillien, le Dieu paraît-il tout puissant et créateur de mes deux, n’a aucun rôle essentiel et n’a pas son nom écrit en très gros sur les affiches.
Se dire que le Christ était le premier Chrétien athée n’est pas forcément une connerie : Si vous relisez bien ces textes, Jésus-Christ via ses potes parle de tout sauf de Dieu et de ses quatre volontés.
A un moment donné, il refuse même de le faire.
Il l’a même traité de lâcheur.
Il n’a jamais vraiment parlé du paradis ou autre Club Med exotique et posthume, mais de la maison de son père. (Certes, on n’a pas l’adresse, mais elle est sur cette planète, c’est sûr de chez Certain)
Il parle de son père et de sa mère comme tout le monde et à tout le monde qui veut bien l’entendre.
Il parle de ses frères et soeurs à ses frères et soeurs.
Ils parlent aux êtres humains des êtres humains.
Il a fait des conneries, mais il s’en est toujours excusé.
Mais bon, ça se discute encore.

Il y en a d’autres pendant ce temps-là, qui ne discutent avec personne et qui font des constitutions et des lois pénales mortelles de chez Supplice sur les principes d’un dieu triste et grincheux que personne n’a vu et ne verra jamais sous son lit parmi les moutons ou les interprétations délirantes desdits principes d’un pigiste limité qui a tout fumé sauf le jambon.

C’est comme l’autre association de décervelés notoires et polarisés (on se demande d’ailleurs s’ils ne sont pas des barbouzes) qui a un nom de yaourt et qui fait sa crise constamment en se comportant comme de véritables petits nazillons débiles et finalement nuisibles et inutiles en s’attaquant notamment à l’église catholique qui n’y peut mais à son problème d’acné.
Faire de la polémique avec le sexe ou la nature m’a toujours paru un peu obscur ; voire suspect.

Bon, il faut peut-être tout pour faire un monde, mais il y a vraiment des claques qui se perdent quelque part de chez Quelquefois

Par ailleurs, reprocher au Pape de ne pas avaliser la contraception, l’avortement, la branlette ou la sodomie, c’est un peu reprocher à un boulanger de ne pas vendre des caleçons ou des magnétoscopes numériques…
C’est pas son boulot à Benoît. C’était pas le job de Jean-Paul, même si ce très grand intellectuel humaniste a certainement été le précurseur de bien des évolutions vraiment modernes et efficaces celles-là (Mais pas trop médiatiques bien sûr, alors…)
Et puis si le Pape veut faire prêtres des lesbiennes, écologistes et lénino-marxistes, c’est son problème et celui des Catholiques pratiquants.
C’est pas le mien en tout cas et pas celui de ceux qui ne vont pas à la messe (bande de mécréants)

Amen et fin de loup

Publié dans #Angoisses

Repost 0
Commenter cet article

petiterenarde 15/07/2005 22:49

la cathédrale St Jean Baptiste de Perpignan, sans doute...