Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Quantique de l’immaculée conception

20 Janvier 2007 Publié dans #Quantiques du loup

Classé dans la série : « Quantique du loup »

Un jeune ami de mes amis (oui, j’en ai encore malgré ma sauvagerie crasse) m’a affirmé récemment qu’il était « né par accident »
Je ne vous cache pas que ce genre d’assertion me plonge incontinent dans des abîmes (voire des abysses) de réflexions bouillonnantes à cuire les macaronis en moins de trente secondes.
Je ne vous affirmerai pas non plus qu’à ce jour, les carottes sont cuites car que je continue de ramer intellectuellement sur ce sujet qui ne peut que faire progresser les jetées de ma « révolution quantique » dont tout le monde se fout pour le moment, sauf moi.

Sachant tout de même que je vous sais avides de ma sagesse infinie et inégalable, je vous livre quelques prémisses de la fabuleuse équation (en construction, hein !) :
Un accident est un événement fortuit et soudain qui n’est pas prévisible dans un processus donné.
Ce processus, c’est la vie.
L’arrêt de ce processus est la mort (jusqu’à plus ample information) qui peut éventuellement annoncer ou amorcer un autre processus non encore identifié.
Nous pouvons donc mourir par accident, par maladie ou par assassinat pour autant que nous soyons nés. La probabilité est ici de 1 (100%)

Si l’on suppose que l’ensemble « dieu (auteur et maître éternel des évènements) » est un ensemble décidemment vide (1) le processus « Vie » peut se réduire à un hasard, c’est-à-dire à une probabilité très faible de s’embrayer sur une planète ad hoc (comme disait le Capitaine du même bois) dans des conditions jamais définies au préalable (Par un processus « sui generis » - ce qui est d’ailleurs aussi incroyable que n’importe quel dieu de banlieue ou pas)
Mais à partir du moment où ce processus est enclenché (par hasard ou non d’ailleurs) ses produits, ses variables (nous autres, pauvres humains, notamment) n’existons pas « par hasard », mais par fonction, par application dudit processus.

Or donc et subséquemment, il est quantiquement, logiquement et mathématiquement  impossible de naître « par accident » voir « par hasard » (Tiens, salut Toi !)

C’est rassurant quand même hein !

Il n’y a que JC (Jésus de chez Christ, pas Jacques Chirac hein !) qui puisse se dire né par hasard dans la mesure où il se réclame de l’humanité et que ses parents lui ont filé pas mal de taloches pour qu’à 33 ans, il admette enfin « l’immaculée conception » de sa sainte et pauvre mère.
Mais c’est une autre histoire et un autre processus et à part notre divin barbu, ceux qui se diraient nés « par accident » n’ont pas les pieds sur terre ou seraient tombés « plus bas que terre »

Je poursuis ces réflexions et excusez-moi de vous avoir donné mal à la tête (ou au cœur) un samedi soir avec de telles conneries.

(1) Pour ne fâcher personne, je précise qu’un ensemble vide existe bel et bien : J’en ai déjà vu des tas !

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kingleon 21/01/2007 17:26

L'acte d'amour serait donc accidentogène ?? non je suis dans le droit fil de ton analyse... Le résultat est forcément la conséquence d'une cause.

laparhasard 21/01/2007 12:51

mais deux choses sont sures*tu as un amiet qu'il s'est trompé* salut toi ;-)))

Max 21/01/2007 04:21

Et le libre-arbitre t’en fais quoi ? Des macaronis ?Remarque c’est pas idiot… J’ai oublié d’acheter la bouffe pour ce soir.

melusine 20/01/2007 22:45

euhhhhhhhhla petite chose en caoutchouc,qui pète au mauvais moment....c'est pas un "accident"?????:)))))))"excuse moi chéri..pas ce soir...j'ai mal à la tête":))