Il faut vivre Pâques

Publié le 9 Avril 2007

Classé dans la série : « Quantique du loup »

Easter should be lived
Man muß Ostern leben
Es necesario vivir Pascuas
É necessário viver Páscoas
Men moet Pasen leven
Occorre vivere Pasqua

BoschJardinDelice

Jérôme Bosch, triptyque du jardin des délices

Tout à travers notre belle Europe et notre belle planète de conséquences, le mot « Pâques » ses symboles et ses traditions semblent bien différents, hein !
Quelle pétaudière !
On n’y comprend que dalle !

D’un côté nous avons les « Pâques » bibliques, pharaoniques et évangéliques, ses sauveurs, ses résurrections, ses « Urbi et Orbi », son Pape, ses sept plaies, son souverain pontife ou pas, ses cardinaux pourpres, ses moines blancs, ses cloches, ses croix à l’envers ou à l’endroit, gammée, svastika, son Graal, ses cathédrales crucifiées et ses agneaux nommés « Pascal(e) » ou pas.


D’un autre, nous avons ses printemps, son premier de l’an, ses lièvres, ses cigognes, ses choux de Bruxelles, de Mandelbrot, de Bretagne, ses épées légendaires, ses anneaux, ses chevaliers pur-sang, ses sorcières à hibou, ses dragons à coupes, ses fées, ses îles et ses villes d’Avalon, ses élixirs d’amour, ses points et ses ponts cardinaux granitiques de Stonehenge

Les maîtres des symboles et autres loups-garous certifiés vous diront toutefois que tout cela est plus clair qu’une eau de source, plus ordonné qu’un tas de sable, plus net qu’un labyrinthe de pèlerin, plus vrai qu’une toison d’or et plus que rond qu’un œuf de Pâques !
Ça tourne tout cela ; ça vit ; ça va et ça revient, mais en tout cas, ça doit nous parler comme un contrepoint bachique, une valse de chez Strauss sur un Danube bleu comme un océan ou comme un œuf de trois, de Troie, ou de Jérôme Bosch…

Le loup vous contera la vie des lièvres grecs, des loups romains, des ours germains, des renards anglais, des lapins ibériques ou des dragons écossais : Le loup vous racontera tout, absolument tout !

Parce que c’est vous et parce que c’est Pâques !

C’est Pâques : Que vos lièvres pondent comme ils courent à perdre haleine ; que vos agneaux bêlent à perdre la laine ; que vos carillons tintinnabulent à fendre pierre et bois de beffroi ou de campanile ; que vos chevaux s’emballent dans vos plus beaux paquets cadeaux !
C’est Pâques : Forniquez, bâfrez et réfléchissez donc bandes de feignants !
Mais couvrez-vous hein ! Parce qu’en Avril…

C’est Pâques quand même  et que le grand Pan et tous les autres soient avec vous !

Fin de loup

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

saturnin abadie 10/04/2007 18:09

Elle ne marche plus, hélasJ'ai fort niquéJ'ai bien bâfré.Mais quand il faut réfléchir,Il me tarde d'en finir.Mais quand c'est Pâques,Je m'amuse comme un macaque.

honey 10/04/2007 11:16

merci d'avoir mis le tryptique...Quand je vivais à Munich, où j'ai connu qui vous savez (pas de pub), j'en ai passé des après-midi à la AltePinakotek à regarder les oeuvres de Jerome Bosch!!!

Doudou J 09/04/2007 23:53

n'oublie pas d'acheter du Gros sel de Guérande !parce que le sel des salins du midi c'est Beurk !

Voyageur 09/04/2007 20:58

Et Paques... époque épique...

Pierre-Jean 09/04/2007 20:49

A les loups y a, trembler moutons, il est ressuscité !