Quantique du Veilleur

Publié le 8 Juillet 2007

Classé dans la série : « Quantique du loup »

En musique, classique ou pas, le contrepoint n’est pas autre chose que l’algorithme (la génération) d’une mélodie.
C’est à la fois, mathématique, artistique et sensuel.
Ladite mélodie n’est pas moins que l’expression de la basse continue ou pas (les fondations)
Ainsi à partir de trois ou quatre note de basse et de base (AD(N)BCEFG…) l’on peut construire une cathédrale et partant, tout un être, toute une civilisation de la base au sommet.
La génétique qui nous tient n’est pas autre chose.
La nature n’est pas autrement formée et transformée.

Jean-Sébastien Bach fut au contrepoint ce que Thalès ou Pythagore furent à la géométrie.
Mais je l’ai déjà dit…
Il bâtit ainsi plusieurs centaines de cathédrales musicales.
Pour preuve : L’ouverture de la cantate BWV 140 dite « Cantique du Veilleur » (Wachet auf, ruft uns die Stimme : « Réveillez-vous, appelle la voix des veilleurs »)

Réveillez-vous et lancez enfin vos flèches dans l’infini de votre éternité.
Ne faites pas autre chose ; il en va de votre survie

Fin de loup

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

saturnin abadie 09/07/2007 18:32

J'admire Bach et je me sers de cet art si subtil dans la composition de mes poésies. L'infini de mon éternitéBrille au loin par sa clarté.Il est loin le temps des balises,Je ne trouve plus ma valise.Mais je n'irai pas en vacances,Mon beurre deviendrait rance.

Prax 09/07/2007 15:31

Je me réveille, je lance ma flèche droit vers le ciel, elle me retombe dans l'oeil et je me plains à l'infini