Mots du ciel

Publié le 7 Août 2005

Classé dans la série : « Haïkus et iculs »

Un ciel sans âge ressasse les nuages
En signant d’étranges messages
Et j’enrage.


Note du loup : J’ai écrit dans une note du 21 juin dernier que les araignées n’attaquaient pas l’homme.
Je pense que c’est toujours vrai. Par contre, elles attaquent les loups-garous : La capricieuse Araignée Ennairam, qui a huit pattes et cent yeux, m’a laissé dire par un commentaire sur mon dernier haïku « tire-toi de là » que mes haïkus étaient tout, sauf des haïkus.
Bref, je l’ai dans le haïku !
Ce qui est absolument vrai, dans la forme (métrique), mais un peu moins dans l’esprit.
En fait, j’ai baptisé ces choses formées de deux alexandrins avec césure finale et rime intérieure pour le second vers, « haïku » parce que je n’ai pas trouvé de correspondance dans la poésie européenne pour ce genre de poème japonais très particulier que j’aime particulièrement et que je tente d’imiter de façon très maladroite, apparemment.
Dans la forme, il s’agit d’une complète invention de votre humble serviteur, mais je suis prêt à changé le nom de ces choses pour autant que vous m’en proposiez un autre : Voici un nouveau jeu de l’été.
A vos commentaires donc.
Enfin, si vous voulez tout savoir sur le véritable haïku de chez Nippon, rejoignez le blogue de la Capricieuse Araignée Ennairam (à huit pattes et aux cent yeux) qui est en lien à droite et où vous découvrirez sur ce sujet (entre autres) une véritable caverne d’Ali Baba. (Comment dit-on Ali Baba en japonais et en araignée ?)

Fin de loup

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

werewolf 07/08/2005 14:16

qu'importe le flacon, même s'il peut s'agir de pensées l(o)ubriques