L’amour de plumes

Publié le 16 Août 2005

Classé dans la série : « Haïkus et iculs »

O toi mon doux oreiller que j’aime et j’admire
Je te presse, tu soupires
Et je m’étire.

Fin de loup

Publié dans #Quantiques du loup

Repost 0
Commenter cet article

werewolf 16/08/2005 15:52

pouquoi, le dernier vers, il a un pied de plus que d'habitude ? il est étiré ?Tu m'prêtes l'oreiller pour la sieste ?