La ruée vers le Nord noir et la grandeur consécutive de Martin Lothar 1/2

Publié le 21 Août 2007

Ceux qui ont encore le courage voire l’abnégation de lécher leur pâtée médiatique et paffique quotidienne auront sans doute remarqué dans ce salmigondis catastrophique ou nulle que la température monte au pôle Nord (dont je vous parlais dernièrement).

Il ne s’agit pas là des degrés de Monsieur Celsius en leur réchauffement global, mais de la lente mise en route de machines à baffes internationales.

Le saint Graal de cette nouvelle conne quête est une fois de plus un baril de notre bonne vieille huile minérale, le pétrole qui est connu comme un loup blanc sous le pseudo « d’or noir »
Des pétrologues de première classe à pif chercheur ont en effet flairé des réserves immenses de ce liquide divin sous la calotte, blanche, désertique et néanmoins polaire.
Aussitôt su, aussitôt polarisé, le monde entier rentre en transe et prépare incontinent des expéditions géologiques à vocation pétrolifères vers ce continental frigidaire, ce nouvel eldorado au raz d’eau glacée.

Le gros hic est quand même que le pôle Nord est recouvert d’un océan de chez Arctique  & Picard Surgelés Associés et que la moindre nappe de notre pétrole est loin de se faire sucée par la première paille à pastis venue.
Il y fait un temps de chien de traîneau douze mois sur douze ; on se les gèle pourpre 52 semaines sur 52 que même le pipi se transforme en sorbet citron à peine on a jeté les premières gouttes et il faut trois mois de découpe de calotte au canif pour éventuellement pêcher un poisson trop mal poli salé.

Le Hoc est aussi que le fond de l’océan Arctique appartient à tout le monde et à personne en particulier : Ce sont des eaux pétrifiées, des os d’ours, des arêtes de baleine et des fonds internationaux.
En droit, on appelle ça un no man’s land ou un « res nullius » (des choses de tout le monde et de personne en définitive)

Il faut dire néanmoins que sur la calotte glacée, il n’y a rien ni personne : C’est désert comme le cul d’un ermite car pour vous dire, il n’y a même pas de FNAC ni de Mac Do
Alors…
Certes, en cherchant bien et longtemps, on pourrait trouver quelques esquimaux shoutés à la vodka trafiquée, avec bâton mais sans cinéma ; une petite tripotée de nounours à poil blancs rêvant de 4X4 et de routes nationales pyrénéennes et quelques clubs glauques de phoques à graisse fluo.
Bref, il n’a aura personne pour revendiquer la possession des terrains subaquatiques polaires et ce n’est pas la molle poignée de manchots restant qui se frottera les mains de ces nouvelles mânes pétrodollardisantes.
Remarquez que pour nos nouveaux conquistadors noirs, ce désert polaire est enfin une bénédiction : Il n’y aura pas à lécher le cul véreux des branleurs autochtones ni à gérer les miteux virgulages prophétiques et maffieux d’aucune tribu de coyotes dégénérés.

Or donc, cet or glacé chauffe de nombreux esprits et autres fonds de pension.
Le principal, c’est d’être sur les lieux le premier et d’y rester, vaille que vaille.
Le problème, c’est qu’il y a beaucoup de monde appâté et je sens que tout ça va bientôt nous faire de nouvelles pâtées de chair à canon.
Ainsi, les
Soviétiques, les Russes, ont planté le 2 août dernier un drapeau (russe) en tungstène au fond de l’océan blanc, pile poil sous le pôle Nord.
Ils n’ont pas fait ça pour la gloire du sport ou la beauté techno de leur
batischtroumphe bathyscaphe, mais bel et bien pour occuper le terrain et de dire à la face rouge colère jalouse de tous les autres : « C’est nous qu’on y est les premiers, na ! »
Une nouvelle guerre froide glacée se prépare donc et dans pas longtemps, je le sens, des brise-glaces blindés et canons vont jeter de la poudre aux yeux à tous ceux qui leur briseront les couilles menues graves pendant les pompages.

Il faut dire aussi que l’océan Arctique, outre les Popoffs, a de nombreux autres riverains balnéaires, plagistes et assoiffés d’huile polaire noire : Les Lapons finlandais ou pas, tous les Vikings de tout poil, les Canadiens et évidemment, les Etasuniens qui sont autant à revendiquer le voisinage notoire ou tectonique depuis des lustres de ce cher Monsieur Paul Nord.
Pour une fois, la France, Patrie de Paul (Verlaine), Emile (Zola) et de Victor (Hugo) n’a plus qu’à fermer sa grande gueule.

Toutefois, le pays de Rabelais, de Rimbaud, de Jacques Cartier et de La Fayette (l’épateur de galeries) est aussi le berceau d’un certain Martin Lothar…

A suivre

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Nature & sciences

Repost 0
Commenter cet article

Wawaron 22/08/2007 17:27

Question : je vois souvent le mot «beauffique» chez TOI (youppi, jyssuis zarrivé). Que veut dire ce mot ?

laouen 22/08/2007 11:22

...Pour une fois, la France, Patrie de Paul (Verlaine), Emile (Zola) et de Victor (Hugo) n’a plus qu’à fermer sa grande gueule...Si seulement, pour une fois, les Français daignaient l'ouvrir, et pour une bonne cause!Tu m'as demandé, lors d'un commentaire précédent, de ne pas jurer, mais je dois vraiment faire des efforts terribles pour ne pas le faire.Qu'on le laisse tranquille ce pôle!moratorisons (du verbe moratoiriser) pour sauver ce qui peut encore l'être!Je ne saisis pas le rapport entre le grand Hermann Hesse et le Pôle, mais dès que l'on parle de lui, je loudésteppise tant j'adore cet auteur.Je me suis récemment baladée dans sa ville natale, et les habitants de Calw semblent se foutent du sort du pôle. Je crois qu'il est temps que je migre définitivement par là bas. C'est pas tout d'avoir écrit un roman dans un style très déchiré (pire qu'Hermann c'est pas peu dire) dont l'héroïne vivait à Calw. Faut que moi aussi j'y vive..N'Hesse pas?Bises

Sana 22/08/2007 09:41

Entre autres auteurs qui s'en réclament (mais chez nos voisins), Hermann Hesse (est-ce Hermann?) et ton cousin le Loup des Steppes. Il va y avoir du sport car chacun sait qu'avec le froid se dressent les teutons.Sinon bravo pour le texte qui vaut largement plus qu'1/2...

Martin Lothar 22/08/2007 08:08

Parti Mou : Je trouve le commentaire de Votre Sérénissime Mollesse particulièrement dur et plein de mots. Y aurait-il un virement au Parti Mou ?Wawaron 1,2 & 3 : La suite du prochain épisode nous le dira sans doute.

Wawaron 22/08/2007 07:28

Et... si je puis zozer : on gage combien que tout cela va devenir américain d'une manière ou d'une autre ?

Wawaron 22/08/2007 07:25

Pardon pour le vouvoiement... m'en suis rendu compte en relisant le commentaire déjà posté. Je ne fais pas exprès... le vouvoiement m'est naturel.

Wawaron 22/08/2007 07:21

Question : ne mêlez-vous pas les froids antarctiques avec les arctiques ? Il ne fait pas si froid que ça au pôle nord, il me semble.

partimou 21/08/2007 23:01

1/2 ?...cela signifie-t-il qu'il va encore y avoir des mots?le Parti Mou s'insurge contre une telle débauche de frappage de clavier et demande derechef l'instauration d'un moratoire en vue de décider s'il est pertinent ou non de forer plus profond la pensée du Calva... euh pardon... du Lothar