Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

La Belgique déterre la frite de guerre

9 Novembre 2007 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Divers et d'autres saisons

 

Les Belges se frittent salés maintenant.

GuerreFritesBelgique

A droite, vous avez les bons et à gauche, les mauvais. A moins que ce soit le contraire ou l’opposé et l’inverse de l’antipode (ou vice vertu)
Elles ont pourtant toutes la même culture ces patates.

J’ai reçu cette photo qui ne manque pas de sel, de l’un d’entre eux (en lien à droite, pub) mais que je ne mentionnerai pas pour ne pas le compromettre au cas où ça tournerait au vinaigre.
A propos de vinaigre, il était d’usage en Picardie française, d’agrémenter les frites des moules avec quelques gouttes de vinaigre fin de vin ou de cidre : Essayez, c’est très bon.

Ceci étant, nous autres, cons de Français, nous ne pouvons regarder ces bafferies belges qu’avec la plus grande circonspection voire une grosse inquiétude comme si une telle « libanisation » d’un pays nous pendrait quelque peu au nez.

C’est vrai par exemple, au hasard, que les « braves gens du privé » en France ne se sentent pas tellement concernés par les grèves causées par les régimes spéciaux de certains services réputés publics mis enfin au régime par « les responsables de l’administration soviétique poussiéreuse française »
Pourtant, ils y sont impliqués de force par des quais bondés, par des jours sans solde ou encore de mauvais gré, par le paiement ultérieur des violons du bal (du moins pour ceux qui ne seront pas au chômage ou qui auront foutu le camp à temps)

Qu’ils parlent ou pas la même langue, les habitants d’un pays qui ne font pas les mêmes rêves, les mêmes calculs ou qui n’ont pas les mêmes peurs – et donc, qui n’ont plus vraiment les mêmes valeurs - seront tous dans le même état, mais plus jamais dans la même nation.
On se méprise ; on se supporte ; on s’ignore alors tant bien que mal, jusqu’à ce que des « petits esprits malins et maffieux » ouvrent certaines boîtes de Pandore dont gicleront l’huile bouillante et le ketchup.
Les vautours, les chacals et les vers feront le reste et les hyènes riront et roteront bien en dernier

Les bières se boivent en vraie communauté sinon elles s’enterrent en fosse commune et tout le monde est chocolat, in fine.
Ce n’est pas une langue ou une religion qui fait une culture ou une nation, ce sont de bons esprits ouverts, curieux, libres, responsables, instruits, aérés, solidaires, vivants et prospectifs.
Les larmes sont toujours plus salées que les frites.

On t’aime les Belges ; courage, tenez bon ; la grande Europe, inquiète, vous regarde ; elle vous admire plus que jamais ; elle a foi et espérance en vous et quelque part, elle vous attend.

Fin de loup

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

saturnin abadie 10/11/2007 18:52

J'ai trouvé la solution: J'aime une belge de Wallonnnnnnnie de Namur et la Bigorre est donc pour l'amour. Youpie et mort aux cons!

partimou 10/11/2007 18:37

la Russie devient française à la fin du moispour les USA, encore un petit test ADN et c'est réglé

Abricot 10/11/2007 14:36

C'est pour quand l'annexion ?

abab 10/11/2007 13:45

Abab ne sait pas pour les provinciaux, mais à Paris ces grèves c'est horrible. Il est pour la réforme, et surtout contre ces grèves. Mais il reconnait ne pas trop savoir si il faut réformer vu que ces braves foctionnaires raleurs, quand on les a fait signer, on leur a dit, vous avez un salaire plus bas mais des régimes spéciax et la sécurité de l'emploi et là on leur enlève la moitié. Alors abab ne sait pas trop. (mais il est toujours de droite^^)

anita 10/11/2007 12:20

Oui mais Tippie, elle est partiale, ça fait longtemps qu'elle rêve de n'avoir qu'une frontière à franchir pour se retrouver en France!Bises sans vinaigre au loup.

anita 10/11/2007 12:18

Oui mais Tippie, elle est partiale, ça fait longtemps qu'elle rêve de n'avoir qu'une frontière à franchir pour se retrouver en France!Bises sans vinaigre au loup.

Gothic Inside 10/11/2007 12:15

OK, Tippie, tu sors et tu vas te faire délocaliser à Paris !

Tippie 10/11/2007 10:06

Let me rephrase that... "Moi je veux bien que la Gelbique devienne n'hollandaise et que les gens qui l'habitent soient 'délocalisés' en France" :) (On aurait alors plus d'espace. Hin hin hin !)(Oui oui, je sors).

Pierre-Jean 10/11/2007 09:06

Tu sais Tippie les Flamands qui n'aiment pas les Wallons détestent encore plus les Hollandais (des protestants et des envahisseurs !) :-)Ce sont des gens de droite ou d'extrême droite - catholiques, nationalistes et xénophobes. Les politiciens flamands font aussi de la surenchère vis-à-vis des l'extrême droite qui représente jusqu'à 30 % des suffrages dans certaines provinces et pour couronner le tout, les média ne jouent pas leur rôle d'informateur mais sont acteur d'un spectacle.Cette droite flamande là, c'est de la racaille qu'on veut bien l'envoyer outre-Moerdijk à coups de karcher.

Tippie 09/11/2007 22:08

Hin hin, excellente cette photo :)Moi j'veux bien que la Gelbique devienne un peu la Hollande.

Leila 09/11/2007 21:28

L'autre a toujours le tort d'être l'autre. C'est là une indécrottable tare.Si l'autre pouvait cesser d'être l'autre, cela signifierait que Je cesserait d'être Je. il n'y aurait ainsi plus de pomme de discorde. Mais qui est pr^t à renoncer à être soi, c'est à dire le meilleur le plus beau le plus fort ?pas l'homme. Non, pas l'homme que nous voyons autour de nous.et celui qu'on regarde au dedans ? qu'en dit-il ?

Zetron 09/11/2007 21:20

Ça ne pouvait qu'arriver... mon prof de SES est allé en Belgique il y a quelques années, et vu qu'il parlait français, les flamands l'ont pris pour un wallon... résultat les mamis le bousculait et on ne lui a jamais servi son plat au restaurant.Quanf on voit de telles tensions, on ne peut pas être étonné de cette nouvelle.

laouen 09/11/2007 21:10

Oui, leurs guerre des frites a comme un gout d'huile rance.Chez nous ce n'est pas mieux. Avant d'aller prendre la place des patates, bien au frais sous la terre, il semble que le but de l'homme soit d'emmerder son prochain.Tiens, cette réflexion me donne envie de t'écrire ce petit extrait d'un polar de San Antonio, celui qui fut pour moi bien plus qu'un simple écrivain de bouquins policiers (mon maitre, carrément):"Chaque matin, pendant le bain du chiare, elle le fait tenir pénard en lui détaillant quelque conte à la con. Il aime les sornettes, déjà, Toinet. Les bien croustillantes, démesurées, sottisantes. Le loup! Toujours, t'as remarqué?Le gros méchant loup qui est là, présent, omniprésent, pourlécheur, la prunelle incandescente, prête à glouper les enfants pas sages. Becqueteur de grande vioque, de chaperon rouge, de chèvre de Monsieur Seguin, de Trois-petits-cochons...Pauvre cher vieux loup qui porte le bitos depuis des siècles, assume le plus dur des malentendus, supporte la plus inique des injustices. Un jour j'écrirai un truc pour ta défense. Un vrai conte d'enfant dans lequel j'expliquerai aux morgeons que la salope méchante bête c'est l'homme qu'il va devenir. Uniquement.Et que le loup, lui, est un bon toutou dont le seul péché est d'avoir faim dans le désert des steppes.*il était une fois un gentil petit loup que des salauds d'hommes... Il s'est battu toute la nuit, et au matin l'homme l'a tué.*Car enfin, je te fais observer le ceci suivant: qu'est ce qui pullule sur ton globe, l'homme ou le loup? Qu'est ce qui est en voie de disparition, le loup ou l'homme? Quelle espèce a détruit l'autre?Et toi, grand lâche, qui continues, fumier de raciste, à inculquer l'effroi à tes enfants en leur enseignant la cruauté de ta victime..."bise le loup!mais sans ketchup, je déteste çà.