Les runes du loup-garou - Fragment n° 50

Publié le 6 Août 2005

Classé dans la série : « Les runes du loup-garou »

J'ai trouvé ça au fond de ma tanière parmi les feuilles et les ossements:

Les chats sont des mots de fourrure. Comme les mots, ils rôdent autour des humains sans jamais se laisser apprivoiser… Mots et chats appartiennent à la race des insaisissables.
(Erik Orsenna, Deux étés)

Note du loup : C’est la cinquantième rune publiée et elle peut paraître quelque peu insolite à deux égards :
Un loup (qui a du chien quelque part) avoue ainsi son amour pour les chats : Deux caractères franchement tranchés, mais qui, cependant, se rejoignent sur bien des points. Toutefois, j’aime trop les chats pour en avoir un et j'aime trop les mots pour n'en avoir qu'un.

Le loup cite un auteur contemporain et vivant ; c’est trop rare pour ne pas être souligné.
Si je prends beaucoup de plaisir à lire Orsenna, je suis quand même à chaque fois un peu frustré : Cet écrivain manque souvent de se « déjanter » alors qu’il en a manifestement les moyens et semble d’une manière générale, engoncé par une retenue que je trouve légèrement surannée.
« L’exposition coloniale » est à ne pas manquer bien sûr, et son portrait du jardinier Le Nôtre « Portrait d’un homme heureux » est aussi vivifiant et enrichissant qu’une promenade dans le parc de Versailles.

Fin de loup

Publié dans #Runes

Repost 0
Commenter cet article

lewis 06/08/2005 21:57

Le chat est un animal intéressé par son estomac et rien d'autre. Et toc.Contrairement à l'homme qui est un animal intéressé par sa queue.