Les runes du loup-garou - Fragment n° 64

Publié le 30 Septembre 2005

Classé dans la série : « Les runes du loup-garou »

J'ai trouvé ça au fond de ma tanière parmi les feuilles et les ossements :

J'ai dans ma main ce que tu ne veux pas entendre
Dans les yeux une lueur cristalline à te tendre
Sous la peau des secrets impossibles à défendre
J'ai à te donner ce que je suis seule à comprendre
J'ai dans ma main toute l'émotion à te rendre...

(Epsilon, Cendres, Les rues d’Epsilon)

Note du loup : Si vous n’êtes jamais allé flâner dans les rues d’Epsilon, (blogue en lien à droite – Pub) ce n’est pas un oubli ou une erreur, c’est une faute grave de chez Inexcusable.
C’est aussi pour vous, la privation d’un plaisir rare et bienfaisant.
Cette rune est la fin d’un magnifique poème « Cendres » comme Epsilon, dite Eps’, sait les composer.
Je n’ai jamais su où se situe le quartier d’Epsilon : J’imagine que c’est dans un petit village en forme de cœur, bâti de briques d’émeraudes ou de perle, situé en plein centre d’une des îles de l’archipel de l’Intelligence dont les plages sont éternellement léchées par les vagues voluptueuses de l’océan du bonheur, de l’amitié et de l’amour réunis.
La rue principale est bordée d’échoppes sympathiques, propres et du meilleur goût, à l’étale desquelles achopperont sans cesse vos regards les plus curieux et vos sensations les plus troublantes.
Au milieu de cette rue, entre la boutique de farces et attrapes où vous trouverez les rires les plus luxueux du monde, et le bar de la déprime d’où l’on sort toujours, mais qui n’est ouvert que très rarement, se tient l’atelier d’écriture d’Epsilon.
Chaque matin, à une heure précise, tout le petit monde de la rue s’arrête de respirer et de s’activer pour suivre d’un regard conquis la silhouette gracieuse d’Epsilon venant ouvrir sa boutique : Tous les cœurs battent alors à l’unisson au rythme subtil des talons de ses chaussures noires frappant le pavé de marbre et de diamant.
Elle ne marche pas Epsilon, elle danse avec des chaussures noires.
Le rideau s’ouvre et les chalands fiévreux se pressent à l’étale pour quémander à la déesse un texte de luxe, de main fine et de haute couture :
« Et pour vous qu’est-ce que ça sera, Monsieur Martin ? »
« Ben, hum, hum, ben, ffff, heu, hein, si vous voulez bien, hein, Madame Epsilon, je souhaiterais un petit texte avec un vapocraqueur dedans »
Et Monsieur Martin repart quelques minutes plus tard avec son vapocraqueur méconnaissable, enrubanné de velours et de soie, parfumé de senteurs orientales voire paradisiaques, poli pile poil de chez Commilfaut, façonné d’amitié et d’intelligence et paqueté d’ébène, d’or, de tendresse et de bonheur.
En face de l’atelier d’écriture, Epsilon tient sa fabrique d’images modernes de chez Numérique : Des visions hallucinantes de grâce, de beauté, d’humour, de lumière, de lignes, de couleurs, de reliefs et de profondeurs, des harmonies originales, envoûtantes et toujours enivrantes.
Bref, un bon goût, chic, frais, sympa, jeune, moderne et stylé
Maintenant, un poème de circonstance – comme dit l’autre et je  remercie Jacques Brel :

Dans les rues d’Epsilon
Y a des Martin qui chantent
Les rêves qui les hantent
Au large d’Epsilon
Y a des Martin qui dorment
Comme des oriflammes
Le long des berges mornes
Dans les rues d’Epsilon
Dans les rues d’Epsilon.

Pour la première fois dans l’histoire de mon blogue, la note ne sera pas terminée par l’inévitable « Fin de loup » mais par ça de chez Quejaime :

blueepislon

Publié dans #Runes

Repost 0
Commenter cet article

martinlothar 01/10/2005 21:23

STV : Comprends pas. Je te fais tous les jours une pub d'enfer en te cognant dessus. Bon, je vais vais voir pour te faire une grande léchouille comme ça...Laouenanig : Tu ne connaissais pas ?Epsilon : j'ai pris ma raclée et je te réponds...

epsilon 01/10/2005 19:45

Martin, à l’ouverture de cette rune chez toi j’ai bien cru tomber à la renverse… et l’énigme 64 à pris toute sa place… tous ces mots gentils d’un seul coup, ça me peinturlure de rouge les joues…cette note est toute jolie, toute douce… je me sens un peu toute con et sans mots à balbutier, juste un petit bégaiement de merci… ceci dit je vais te mettre une raclée par mail… rires… ça va pas non de me faire peur comme ça !

laouenanig 01/10/2005 11:07

wow..j'y cours.tout ce que j'aime dans ces mots

STV. 30/09/2005 21:27

Elle est bien belle, c'te note ! Non pas qu'elle mérite pas, Epsilon, mais c'est pour moi qu'il ferait ça, martin (en même temps, je peux comprendre).STV.

martinlothar 30/09/2005 20:32

Tu es chez toi ici !

epsilon 30/09/2005 20:26

ouffffffffffffffff.... va falloir que je revienne...un peu boultourneversée...heu je peux reviendre?