Les runes du loup-garou - Fragment n° 76

Publié le 5 Mars 2006

Classé dans la série : « Les runes du loup-garou »

J'ai trouvé ça au fond de ma tanière parmi les feuilles et les ossements :

Ce que j'aime le dimanche matin, c'est entendre l'odeur du café qui fume.

(Lewis Carroll, Dimanche matin, blogue « les colères de Lewis », 22 janvier 2006)

Note : Bon, cette citation n’a rien à voir avec l’écrivain, mathématicien et photographe anglais Lewis Carroll (Charles Lutwidge Dodgson, 1832-1898) mais elle tirée du blogue « les colères de Lewis » en lien aussi à droite pub.
C’est le Lewis des blogues, le vrai Lewis Carroll !
J’écris « vrai » parce que ce Lewis-là est bien vivant hein !
Et c’est même un bon vivant et un grand amateur de café (et de mauvais café à ce que disent ses harpies et néanmoins groupies de chez Frivoli)

Il faut dire cependant, que le choix de ce pseudonyme n’est pas innocent.
Pour ceux qui connaissent la vie et l’œuvre de l’Anglais Lewis Carroll, le Toulousain et vrai Lewis ne leur sera jamais étranger.
Lewis cultive en effet avec grand art et humour également, le non-sens, le paradoxe, le mauvais café, le bon goût, le cassoulet (?), le CAC 40, les châtaignes et la philosophie du « cliché »
A chaque fois que je lis un billet de Lewis, je pense au jeu du ricochet : Jeu à partie très brève, consistant à lancer un galet sur une surface humide et plate afin qu'il rebondisse le plus de fois possible.
Par ce jeu, on s'aperçoit que les choses les plus plates finissent toujours par sombrer à force dans ce qu'il y a de plus profond.
Une note de Lewis est la synthèse du résumé de la synthèse de la substantifique moelle des choses de la vie de chez Vrai.
Ceux qui ne savent pas leur Lewis par cœur ont quelque part raté un degré de la connaissance ultime.
Ils ont loupé un maillon de la chaîne humaine (au sens darwinien voire desprogien du terme)
Je vous aurais prévenus hein !

Pourtant, ce n’est pas difficile d’apprendre son Lewis par cœur : Il publie quand on ne sait jamais des notes plus string tu meurs, le fil dans la raie des fesses.
Mais bon, tout le monde ne peut pas faire du Martin Lothar, c’est-à-dire du long et chiant à crever tous les soirs.

Tel un bermuda, le Lewis est court et synthétique et ne rétrécit pas à la lecture ni au lavage du temps.

Qu’on se le dise et qu’on le dise surtout aux machines à laver et à café.

Je lui trouve quand même un grand défaut (ou un travers hein !) à Lewis : C’est qu’il aime trop des gens que j’aime aussi.Il aime les Frivolibres (moi aussi) ; il aime Roxane (moi aussi) ; il aime Caelle (moi aussi) ; il aime Ennairam (moi aussi) ; il aime Laouenanig (Face au vent – moi aussi) ; il aime Myrtille (moi aussi) ; il aime STV (moi aussi) etc... (moi aussi)

Bon, pour tout vous dire, je suis un peu soviétique sur les bords : Je partage tout, sauf le caviar !
Je t’aime Lewis ! (moi non plus, ou pas)


Fin de loup

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Roxane 07/03/2006 12:25

Oui, elle est juste, ta note, ML. Je crois que si on aime Lewis, on aime Lothar. Vous êtes opposés à certains égards et complémentaires.

Doudou Janis 06/03/2006 20:36

................le café réchauffé !

lewis 06/03/2006 19:42

J'ai pas le temps de répondre, le café chauffe.

laouenanig 06/03/2006 18:41

j'avais proposé à mon club cycliste qui m'a habillée de fort belle manière, de porter aussi un string aux couleurs du club. ben oui, j'avais tout, du bonnet aux chaussettes, mais pas le string!z'ont pas voulu: pas la place d'inscrire les sponsors.Tout est relatif: un string de taille 56, pour moi, çà me fait une culotte montante, et là on pouvait en écrire des noms...Mais bon...J'adore le comm de STV.le chainon manquant entre une note vide et Martin...Et dire que Martin se plaint de mes notes trop longues!m'enfin... QUI VA DONC ENFIN M'OFFRIR UN CAFE DE LEWIS?Même réchauffé, même bouillu! depuis le temps que j'en entends parler!

Doudou Janis 06/03/2006 17:07

Moi ce que j'aime chez Lewis, c'est Lewis !

STV. 06/03/2006 10:02

Lewis, c'est un peu le chaînon manquant entre une note vide et une note de Martin.

Tippie 05/03/2006 23:14

Moi, il m'aime pas.C'est deja ca de pris. :o)

Enn' 05/03/2006 22:30

et moi j'aime Lewis, mais pas son café, pourtant je ne suis pas une harpie, mais une araignéé. J'aime aussi Martinlothar. Mais ej reconnais que les strings sont plus faciles à lire que les bermudas.

lewis 05/03/2006 22:22

je ne suis pas mort !

laparhasard 05/03/2006 20:58

quelqu'un a osé écrire" c'est en écoutant leur oraison que l'on découvre aux morts les qualités q'ils avaient de leur vivant".je m'inscrit en Faux!!! et pas pas hasard!!!