La Telle du Conquest

Publié le 24 Octobre 2007

Classé dans la série : « Les runes du loup-garou »

Avec mon blogue et mon boulot et tutti quanti de chez Quotidien, je n’ai plus le temps de lire de vrais livres en papier d’arbre.
Ça faisait bien longtemps que je n’avais dévoré tout un roman en entier et d’un seul coup.
Il y a quelques jours j’ai déniché dans une bibliothèque un « faux polar » franchouillard titré « intrigue à l’anglaise » et écrit par Adrien Goetz (Grasset)
Je vous en recommande ferme la lecture.
C’est épatant.

C’est une sorte de Da Vinci Code, mais en moins prétentieux et niais (ce n’est pas difficile, d’accords)
La « toile de fond » de cette intrigue est la fameuse et mal connue « Telle du conquest » (le récit de la conquête) autrement appelée « la tapisserie de la reine Mathilde » ou encore « la tapisserie de Bayeux »

Pour les cancres las qui au fond de la blogosphère regardent bouche ouverte voler les mouches en tripotant on ne sait quoi dans leur poche, je précise que cette tapisserie brodée au siècle n° 11 de notre ère, raconte en BD la conquête de l’Angleterre par un certain bâtard normand nommé Guillaume le Conquérant – Quel beau prénom.

TapisserieBayeux

Le style d’écriture d’Adrien Goetz est jeune, souple, clair et précis. Ses personnages sont vivants et crédibles, intelligents, cultivés, plein d’humour et d’esprit teinté d’un brin de cynisme bien contemporain somme toute.
Le récit palpitant est fort bien mené et rythmé ; il ne souffre d’aucun des poncifs lassants de trop nombreux polars ou de l’ésotérisme de bazar de mes deux dégoulinant grave dans le DVC et il articule avec talent et sobriété la petite histoire dans la grande.
L’intrigue est fort bien montée et pleine de rebondissements pas téléphonés pour un sou : Bien qu’elle soit de pure imagination, l’auteur la rend plus plausible tu meurs et sans la documentation placée en annexe, elle pourrait faire prendre à beaucoup des vessies pour des lanternes.
De plus, sur la fin l’on ne reste pas sur la sienne et l’on ne se sent pas frustré d’un poil de n’avoir pas la totale révélation du mystère.
À vrai dire, nous sommes ainsi pris contents et conquis à l’hameçon de Goetz car si le méchant affreux parvient à prendre la fuite (à l’Anglaise) la zéroïne (nommée Pénélope, hé, hé) repart pour de nouvelles odyssées ; ce qui annonce sans doute une suite homérique, sagace et de saga.
Bref, ce bouquin m’a plu, vous l’aurez deviné.

Ceci étant, j’en profite lâchement pour préciser deux points d’Histoire.

Premièrement, Guillaume – quel beau prénom, Duc de Normandie était tout sauf français et ce, contrairement à ce que pensent une majorité de républicains royalistes franchouillards.
Son père était un bâtard de Viking saxonné de Frison et sa mère une celto-gauloise mâtinée de tous les sangs barbares qui coulaient à l’époque dans les veines de tous ceux qui en avaient ou pas. (Normand signifie = Homme du Nord)
Sa meuf, Mathilde était une princesse flamande de grand cru.
Les Normands de l’époque vomissaient tout ce qui était de la France naissante tout comme ils abhorraient les Saxons anglais du félon Harold.
Guillaume (que Mathilde appelait sans doute « mon Wilhelminou adoré » lors des câlins du matin) était du reste aussi bâtard que ses soldats et ses bateaux étaient tout sauf des drakkars.
Le grand rêve de ce conquérant fut sans aucun doute de s’asseoir sur le trône grand breton du preux roi Arthur, mais aussi et surtout de rétablir fissa l’empire de Charlemagne (et d’Occident) que des héritiers maffieux – dont les rois de France - avaient détruit hors de toute raison et lucidité.

Secondement, pour vaincre les Saxons, les Normands s’étaient allié pas mal de leurs voisins dont des Bretons et des Picards.

Mon demi-sang picard fait alors un tour en bouillonnant car, le Guillaume de Normandie blesse ici mon bas dans la mesure où, une fois assis sur le trône d’Angleterre, il ne récompensa de titre et de terres que ses bâtards de Normands en congédiant méprisant ses valeureux alliés étrangers.
Cela est d’autant plus honteux grave que ce sont bel et bien les fabuleux archers picards qui permirent de leurs traits fournis et précis la victoire décisive d’Hasting en 1066.
Et c’est depuis ce triste temps et ce lâche camouflet, que la Picardie méprise royalement la Normandie - qui reste toutefois une bien belle province quand même - et n’a d’amis qu’en île de France, en Flandre, en Wallonie ou en Champagne.
Ah mais !

Fin de loup

Publié dans #Runes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Leila 25/10/2007 22:09

ça donne envie. Mais oui, les journées sont trop courtes, car il faut bien dormir un petit peu aussi, un tout petit peu .... Et les livres font des oreillers qui laissent des balafres.

Martin Lothar 25/10/2007 20:52

Mlle Moi : Si c'est Khâgneux alors, j'en tombe à genoux et c'est alors Normale et super rieur. Qui est Maoya ?STV : Ah oui, comme tu dis, misère !Doudou : Hein, quoi ? Je ne vois du tout de qui tu veux parler hein !Saturnin : Les Wallone ont peu de vile haine, même si elles ont un beau Q.

saturnin abadie 25/10/2007 17:13

N'y aurait il qu'un N à wallone? Pourtant deux ce n'est pas si mal...

saturnin abadie 25/10/2007 17:10

que j'en parle à Mlle Beulemans qui est une pure wallonne de chez Namur. Nous en Bigorre et surtout à Bagnères de Bigorre la patrie mienne, on foutait sur la gueule à qui venait nous chatouiller de trop près et les luttes saxonnes se déroulaient très loin que même on n'avait jamais vu une quelconque mer. On n'allait même pas sur les sommets proches car ils étaient peuplés de géants et autres créatures.

Doudou J 25/10/2007 14:43

"Le style d’écriture d’Adrien Goetz est jeune, souple, clair et précis. Ses personnages sont vivants et crédibles, intelligents, cultivés, plein d’humour et d’esprit teinté d’un brin de cynisme bien contemporain somme toute" ça me rappelle quelqu'un ? Ah oui, je sais le joli prénom ....Bises

STV. 25/10/2007 11:17

* Contemple la pile de livres à lire qui attendent déjà sur l'étagère *Misère...

Mlle Moi 24/10/2007 20:55

Tiens, je parlais de ce bouquin il y a quelques jours à Maoya.C'est grave un livre de et pour khagneux :)