La vie des loups-garous illustres : Saint Andropose de Méteste

Publié le 6 Novembre 2005

Classé dans la série : « Loups et loups-garous »

Saviez-vous, bandes de cancres et de mécréants, que SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE fut le treizième apôtre de notre Seigneur JC (Jésus-Christ, pas Jacques Chirac) et le cinquième évangéliste ?
Du reste, vous l’ignoriez jusqu’à maintenant dans la mesure où tous les évangélistes et les Pères de l’église ont tout fait pour cacher cette tâche crasse que fut Andropose : A vrai dire, il était l’homme le plus stupide de la création et si les cons et les crétins ont leur roi, ils ont aussi leur saint patron en la personne de SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE qui est plus connu sous le nom de Saint Glinglin.
De plus aucun Pape n’osa le béatifier – par nature il était déjà béat de bêtise -  ou le canoniser de peur de se ridiculiser à jamais.
SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE naquit en l’an 10 avant JC dans le petit village de Méteste en Béotie (bien sûr).
Sa vie commença mal dans la mesure où, trente-six heures après que sa mère eut lâché les eaux, Andropose refusait toujours de sortir du ventre.
Ses parents durent saisir un huissier de justice pour l’obliger à naître.
Ce qu’il fit enfin au moment où un escadron du GIGN local et de l’époque arriva à la demande de l’huissier au bord de la crise de nerf.
Enfin à l’air libre, Andropose se révéla vite stupide, goinfre et pleurnicheur à mourir.
Il ne voulait pas téter sa mère sans avoir les deux tétons dans la bouche en même temps.
Le problème est que sa mère avait des petits seins et n’arrivait pas à joindre les deux bouts.
SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE fut donc très tôt nourri d’une bouillie de miel, de vin, d’eau de javel et de bretzel local.
Son père Glaton, exaspéré par sa connerie grandissante et ses pleurs continus, quitta très vite le domicile familial, se castra en public et termina sa vie en ermite sur une colonne.
Sa mère l’abandonna avec soulagement, à cinq ans, aux bons soins du pédagogue du village, un dénommé Gason qui était un disciple du grand Sodomos de Dyptère dont j’ai évoqué la vie dans ce blogue (pub).
Ayant jaugé rapidement les capacités intellectuelles d’Andropose (nulles pour tout dire), Gazon décida de ne lui enseigner que l’art du tir à l’arc.
Après dix ans d’exercices quotidiens et intensif, SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE ne savait toujours pas tirer à l’arc.
La seule chose qu’il réussit à lancer un jour, ce fut l’arc lui-même qui éborgna son maître ; la flèche, restée sur place, tomba en blessant le pied du tireur.
Avant de se pendre, Gazon demanda en ricanant à Andropose d’aller chercher une boîte de ligne de mire ; ce qu’il fit, sans relâche, jusqu’à sa mort à l’âge de quatre-vingts ans.
Cette quête le mena en Galilée où il apprit qu’un certain Jésus de Nazareth avait reçu au berceau de la part de rois mages de l’encens et de la myrrhe.
SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE en avait judicieusement conclu que s’il y avait myrrhe, il y avait forcément la boîte qu’il recherchait.
Il rencontra Jésus quelques mois plus tard au bord d’un lac où ce dernier extasiait la foule en marchant sur l’eau.
Se joignant aux disciples, SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE cria alors tout haut qu’il avait compris le truc de Jésus qui marchait en fait sur des pavés affleurant l’eau.
Jean l’évangéliste fut alors le premier à lui foutre une baffe monumentale pour le faire taire et surtout pour se faire plaisir tant Andropose avait la tête à ce genre d’exercice.
Au demeurant, chaque soir pendant près de dix ans, chacun des douze apôtres allèrent avant d’aller se coucher, mettre une paire de baffes à Andropose.
Cet exercice les défoulait grandement et leur permettait de trouver le sommeil tout en punissant Andropose du nombre incroyable de conneries qu’il disait ou qu’il faisait pendant toute la sainte journée.
Le Christ lui-même un jour, exaspéré, le poursuivit pendant une heure en menaçant de l’assommer avec la bassine de lavement de pieds : SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE, expliquant que ses pieds étaient propres, lui avait en effet demandé de nettoyer seulement ses tongs et de les cirer après avec du cirage rose.
On raconte même que lors de la descente de Jésus de la croix, Andropose avait eu un sifflement admiratif du travail de cloutage des Romains et que ses commentaires sur ce bel ouvrage n’avaient été interrompus que par un coup de pied puissant dans les roupettes envoyé par la Vierge Marie que l’on empêcha de justesse de le massacrer à l’aide d’un clou.
Andropose se coinça évidemment un pied en roulant la pierre qui fermait le tombeau du Christ.
On le laissa ainsi coincé pendant les trois fameux jours et beaucoup de disciples revenaient le soir pour lui foutre des gifles.
Dans une lettre apocryphe, Saint Thomas raconte qu’Andropose voyant le Christ sortir ressuscité de sa tombe, lui fit remarquer en rigolant qu’il allait désormais avoir du mal à marcher sur l’eau avec ses pieds troués.
C’est la dernière baffe que le Christ donna à SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE et Thomas d’ajouter que Jésus dit alors « Bienheureux les cons car au royaume des cieux, ils le resteront et je pourrai continuer à les claquer grave »
SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE était présent lors de la Pentecôte et a même entrepris - avant de prendre encore une bonne centaine de baffes – de chasser la colombe à coups de pierres en prétextant qu’elle était peut-être grippée ou allait sûrement fienter sur la tête de quelqu’un.
Quand les apôtres et les disciples s’éparpillèrent pour répandre la bonne nouvelle de par le monde, Andropose rentra à Méteste où il entreprit d’écrire (ou de faire écrire) le cinquième évangile.
Ce texte est connu sous le nom « Des couillonnades de SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE »
Il s’agit d’un tissu d’âneries en tout genre, de blagues sur les Belges ou les blondes, de contrepèteries en araméen ou de calembours en grec.
Certaines parties sont constituées de phrases sans queue ni tête (Un peu comme un certain « manuel de survie » que d’aucun connaissent)
Le texte le plus long est consacré à la description détaillée du zizi et des fesses de Marc l’évangéliste qui est présenté ici comme un jeune homme, adepte du nudiste, de la bière et champion toute catégorie au concours du jet d’urine ou de crachat.
Les couillonnades de SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE sont toujours conservées dans un coffre-fort dans les caves du Vatican.
Elles ne sont à la disposition du public que le jour de la fête de ce saint, c’est-à-dire à la Saint Glinglin (pas de date fixée, à plus vraie date)
SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE mourut à l’âge de quatre-vingts ans sous le coup d’une gifle fatale dans son échoppe de receveur de baffes dont il avait fait un commerce très profitable.
Rendons grâces, frères et sœurs, à cet apôtre et évangéliste mal connu que fut SAINT ANDROPOSE DE MÉTESTE, qui nous promet dans l’au-delà un défouloir éternel.

Fin de loup

Publié dans #Loups et loups-garous

Repost 0
Commenter cet article

Le Disciple 07/11/2005 14:17

C'est une méchante relecture des débuts de l'Église...

tetaclacs 07/11/2005 12:50

Si Jésus put jouir des claques d’Andropose,C’est qu’il fut en cela si précoceQue ses rides tournèrent en icul.Depuis, Meteste, austère, aune.

tetaclacs 07/11/2005 11:55

Andropose, Andropose...Est-ce que j'ai une gueule d'Andropose ?!!

Crooke 07/11/2005 09:21

Pourquoi Jésus et ses potes pouvaient rester si peace and love en apparence. Z'avaient leur punching-ball privé.

STV. 06/11/2005 21:26

Martinlothar et Lewis sont les deux faces d'une même pièce : quand l'un fait des notes d'une seule phrase (et encore, même pas complète), l'autre écrit des romans qu'il publie au kilomètre. Ils sont usants, ces deux-là.STV.

lewis 06/11/2005 20:24

Ce METESTE mérite bien un icul :Pour le grand saint Andropose de Meteste,je me fendrais d'un beau geste :ce sera le Metste-icul.

sissyneck 06/11/2005 19:07

Je te remercie grandement de nous faire connaitre cet apôtre injustement méprisé et fort sympathique. L'église veut nous le faire oublier, c'est comme pour Marie Madeleine.Attention à l'opus dei Martin!Tu es notre Da Vinci Code à nous!Notre Dan Brown chéri.

werewolf 06/11/2005 18:31

Cet apôtre a fait je crois beaucoup d'e-mulesQui, méritant des coups de pied au cul,pullulent