Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

A propos des loups-garous

2 Janvier 2006 Publié dans #Loups et loups-garous

Classé dans la série : « Loups et loups-garous »

« Regardez bien, ô loups, le Peuple Libre, qu’a-t-il à faire des ordres de quiconque, hormis de ceux du Peuple Libre ? Regardez bien ! »
(Rudyard Kipling, Le Livre de la Jungle)


Comme l’a écrit Mademoiselle Moi (en lien à droite, pub) dans sa note d’aujourd’hui, nous sommes effectivement le premier jour de l’année officielle (Dans la mesure où le premier janvier est en fait le dernier des mohicans)
C’est Janus, le passage !
Comme je l’ai signifié dans plusieurs de mes notes, pour, moi, le début de l’année c’est plutôt le solstice d’hiver.
Pourquoi ?
Parce que dans nos vies plein de trucs et d’autres outre, pour ne pas dire d’outre autre, ni d’outreau, il vaut beaucoup mieux se conformer à des lois incontestables, mesurables, vérifiables et visibles que sont celles du grand univers et de la nature, plutôt qu’à des décrets indigestes édictés – on ne sait ni pourquoi, ni comment - par des factieux de plus en plus louches et incontrôlables.

Tout ça pour vous parler du loup-garou, mon totem.
Hein ! C’est quoi un totem ?
Je vous donne la définition : « animal ou objet emblématique d'une personne ou d'un groupe »
C’est quelque chose (ou être) dans lequel on met un peu de son âme et autour duquel on se fixe et l’on tourne.
Un repère.
Un point fixe dans l’infini.
Un « Horcruxe » (Pour ceux qui auront lu le dernier Harry Potter)
Un DOUDOU !
La mesure et le centre de notre chose insignifiante.

Bon, vous savez ce qu’est un loup-garou : C’est un être humain (mâle généralement, mais bon) qui les soirs de pleine lune se transforme en loup.
Attention : Ne pas confondre le loup-garou avec le lycanthrope qui est une transformation définitive en loup (Comme Arcas, le roi d’Arcadie)
Le loup-garou est soit homme, soit loup.
Il n’y a que Boris Vian pour avoir inversé la vapeur dans sa nouvelle « le loup-garou » où, cette fois, c’est un véritable loup qui se transforme en homme (le pauvre) à la pleine lune.
J’ai d’ailleurs lu cette nouvelle récemment et elle se passe dans la forêt de Fausse-Repose entre Versailles et Ville-d’Avray (aux fameux étangs peints par Corot) et qui est une très belle forêt d’ailleurs, que je connais comme ma poche, pour l’avoir hantée depuis des siècles (J’y ai même lu toute l’oeuvre du philosophe Alain, assis au pied d’un chêne – Moi, pas Alain, hein ! – lui, il était couché sur le papier bible fait de chair d’arbres)

Bon, il nous vient d’où le loup-garou ?
De la nuit des temps et des forêts.
Des temps où le Nord de l’Europe (le lycanthrope étant plutôt sudiste) n’était que forêts obscures et profondes.
De forêts sauvages où l’homme n’osait pas mettre le pied de peur de son pire ennemi (concurrent) d’alors : Le loup !
Parce que l’homme et le loup sont des prédateurs.
Nous sommes aussi, pauvres humains, des prédateurs féroces et sanguinaires.
Le problème, c’est que l’homme et le loup bouffaient la même chose.
Entre prédateurs, on ne partage pas (comme en Palestine)
Bref, il y a eu des tueries pas possibles entre le clan des hommes et celui des loups.
Pousse-toi de là que je m’y mette.
L’homme a gagné et il a fait des clairières, puis des grandes villes, des grands pâturages, des champs sur le territoire des loups.
Vae victis ! (malheur au vaincu)
On lui met alors sur le dos toutes les horreurs du monde.
Le loup, roi des forêts comme le sapin, devient maudit et taré de tous les vices de l’univers.
Un barbare, messieurs dames !
On en a fait le grand méchant loup.
Le salaud universel.

Et puis comme l’homme est un loup pour l’homme, certains d’entre eux n’ont pas admis certaines choses : Nous rentrons alors dans la conscience collective, le mythe du loup-garou.
Dans l’Histoire aussi.
Plaçons nous à –52 avant Jésus-Christ : La conquête des Gaules et de leurs druides.
Le druide gaulois n’était pas un prêtre : C’était un érudit, rebouteux, mage, professeur, journaliste, chroniqueur, médecin, psychologue et surtout, le médiateur entre les hommes et les dieux (c’est-à-dire la nature, pour les Celtes)
Les Romains ayant importé leurs dieux (emballés, tous prêts), ils ont tout fait pour les imposer.
Certains, ont été habilement substitués à quelques dieux gaulois (Lug = Mercure)
Certains druides ont « abjuré »
D’autres pas.
Ils sont devenus des parias et ont été chassés des villages ou des villes en pleine urbanisation romaine.
Ils sont allé dans la forêt vivre avec…
Les loups !
Comme les Gaulois (gallo-romain ou non) craignaient deux choses plus que tout autre : Que le ciel leur tombe sur la tête et les loups, ces druides récalcitrants n’ont pas trouvé mieux que de se vêtir de peaux de loups pour mieux faire fuir les importuns et les collabos.
Ils ont pu ainsi – sous la protection du loup et tels des loups – continuer à graver leurs runes et pratiquer leurs sorcelleries barbares.
Le loup-garou était né.
Plus tard, quand les moines chrétiens ont commencé à essarter les forêts ; les prêtres gallo-romains ont rejoint eux aussi le clan des loups-garous et sont devenus alors – à leur tour - les « suppôts » du diable, des sorciers !

Autre origine probable du loup-garou : Un rite initiatique germain (J’en ai déjà parlé dans ce blogue)

Le jeune apprentis soldat germain (saxon ?) devait, pour faire ses preuves, s’enfoncer tout nu et un « certain » temps dans une forêt profonde afin de revenir dans sa tribu revêtu d’une peau de loup fraîchement tué.
S’il avait réalisé cet exploit, alors, il était considéré comme avoir pris au loup – l’animal roi guerrier – ses vertus et sa force et était considéré véritablement comme un « vrai » guerrier.
Il était devenu un homme-loup, un loup-garou !
Il faut vous dire que le loup de l’époque ne ressemblait pas vraiment au pauvre animal solitaire et rare que l’on trucide aujourd’hui par jeu dans nos belles campagnes.
Les loups de l’époque étaient en meute nombreuse et si bien organisée et si féroce que dix hommes – même bien armés - réfléchissaient un peu avant que de s’aventurer sur leur territoire !
Pour vous dire que cette initiation germaine était assez « sélective »
(Sauf passe-droit, qui devait déjà exister bien sûr comme aujourd’hui pour les examens ou l’admission à l’ENA ou autres clubs privés)

Bref, tous ceux qui étaient un peu exclus (pour quelque raison) de la société rejoignaient les forêts sombres et les loups.
Ils devenaient « sauvages »
Pour moi, ils rejoignaient les bases, une certaine pureté, mais bon…

J’aborde ici un autre mythe qui a surtout fleuri au siècle n° 19 : L’enfant sauvage.
Tout le monde a vu le film de Truffaut « l’enfant sauvage » où le jeune Victor dans certaines scènes a tous les symptômes de la lycanthropie : La maladie du loup.
Où l’on peut s’apercevoir que le loup et l’homme ont tant de choses en commun : Ne serait-ce que leur attitude face à la lune, au vent et autres. Et leur organisation sociale.
Pourquoi pensez-vous que Romulus et Remus ont été élevés par des loups.
Et Mowgli !
La nature est notre seule voie et notre seul salut.
Notre survie
Que les lecteurs du « Manuel de Survie » de chez Martin Lothar le sachent bien.

Maintenant, si vous voulez bien rigoler sur les loups-garous : Lisez cette note de Tipierre (en lien à droite, pub)
Lien : http://www.u-blog.net/tipierre/note/179
C’est plein de calembours bons.
Et les calembours, c’est une de mes passions.
Tipierre aussi, maintenant ! (Et toc !)

Fin de loup-garou

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bluemoon 03/01/2006 14:24

J'ai été chez Tipierre et j'ai bien riglolé. Surtout qu'y avait l'autre loup le Were, qui était passé avant moi. Les nuits de pleine lune, ces druides-sorciers faisaient dans loup-transe ?Oui, Bof ! y avait aussi loup-trage et loup-case. Mais j'ai pas le temps !Blue

Georges Bizet 03/01/2006 14:15

Tu as la plume facile, c'est apprécié.