Le Prince des poètes

Publié le 7 Janvier 2006

Classé dans la série : « Loups et loups-garous »

Il y a 110 ans dans la nuit du 7 au 8 janvier 1896 mourrait Paul Verlaine, poète de son état.
Si je lui préfère nettement son pote Arthur, notre petit père Paul est l’auteur d’un bon nombre de runes majeures et vibrantes.
On ne t’oublie pas, petit père…

paulverlaine

Pénétrant comme le remords,
Tombe un froid lourd qui vous écoeure
Et qui doit filtrer chez les morts

Chez les pauvres morts, à toute heure
Seuls, et sans cesse grelottants,
- Qu’on les oublie ou qu’on les pleure ! –

Ah ! Vienne vite le Printemps,
Et son clair soleil qui caresse
Et ses doux oiseaux caquetants !

Refleurisse l’enchanteresse
Gloire des jardins et des champs
Que l’âpre hiver tient en détresse !

Et que - des levers aux couchants, -
L’or dilaté d’un ciel sans bornes
Berce de parfums et de chants,

Chers endormis, vos sommeils mornes


(Paul Verlaine, 1844-1896, Sub Urbe, Poèmes saturniens)


Fin de loup

Publié dans #Loups et loups-garous

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martin Lothar 07/01/2006 21:05

Farf : Je suis d'accord avec toi.Ab6 : Je te comprends absolument.

ab6 07/01/2006 20:14

Moi j'ai un GROS faible pour paul verlaine

farf 07/01/2006 12:29

Disons que sa production a été tellement féconde qu'il y a forcément du tri à faire. Mais le sublime y côtoie le trivial, et c'est aussi ce qui fait son charme. Pauvre Lélian !