Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Horum omnium fortissimi sunt Belgæ (3/x)

6 Juillet 2006 Publié dans #Loups et loups-garous

Classé dans la série : « Loups et loups-garous »

Comme dans tous les bistrots du monde et de Navarre, il y a toujours dans un coin une poignée d’habitués chenus, en casquette ou béret élimé, assis à une table qui leur est réservée à vie et qui tapent le carton en discutaillant dans leur patois des dernières nouvelles du coin.
Je prête une oreille à leur conversation pour goûter un peu de leur dialecte vernaculaire (comme disent les linguistes) en pensant y entendre une variante d’un quelconque Batave ou autre Flamand guttural de campagne.
Et là, stupéfaction ! J’entends qu’ils parlent en Picard de chez moi !
Enfin, une sorte de Picard, hein : Il y a l’accent, il y en a toutes les intonations, il y a tout ce qu’il faut sauf le vocabulaire qui semble bien différent.

Il faut dire qu’il y a autant de sortes de Picard que de langues en Pays d’Oc.
Le Picard d’Amiens est bien différent de celui d’Arras comme du Ch’ti de Lille ou de Tourcoing (Qui est du Picard, je le rappelle) ou du Rouchi de Valenciennes (hein Werewolf !)

C’était bien ma veine : Je pensais être à l’étranger pour la première fois de ma vie et j’entends les Indiens du cru parler le patois d’une partie de mes ancêtres.
C’est sûr que dans le patelin d’à côté, ils auraient parlé Wallon ou autres Gaumais.
Mais là, ils parlaient le Picard.
Le monde est petit hein !

On comprend comme ça que les états, les nations, les frontières, les passeports, les drapeaux, les hymnes, les équipes de foot, sont des choses bien futiles et bien trop ridicules comparées au sentiment d’appartenir à « un pays ».

Un pays ?
Sans doute une communauté de « paysans » et de paysages, un terroir de chez Du Cru de vin, de pain, de bière, de légendes et de mythes, d’Histoire, de sangs, de guerre, de cultures d’orge, de blé et de cathédrales, de langues et de souvenirs vécus ou non, mais enracinés à jamais dans les arcanes insondables de ses propres gènes propres ou pas.
Qu’on y soit né ou pas.
Que l’on cause tous les soirs avec une machine de marque américaine fabriquée en Corée ou en Chine populaire ou pas.

C’est vrai que j’aime bien l’autre Georges quand il chante encore avec morgue « ceux qui sont nés quelque part », mais ce jour-là en « Belgique », j’ai eu le sentiment de découvrir une partie de « mon pays » où je n’avais jamais mis les pieds et dont on ne m’avait jamais parlé.
J’ai eu un peu le même sentiment quelques heures plus tard, quand nous nous sommes arrêtés à Cologne et quand j’y suis retourné récemment.
Egalement, ce même appel du fond de chez mon Fond, quelques années plus tard quand j’ai visité Vienne (Autriche) ou quand j’ai vu en amont la nuit tomber sur le Danube (pas bleu) non loin de l’Abbaye de Melk.

A suivre.

Si vous avez manqué le début, cliquez-là.


Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crooke 09/07/2006 18:04

Tiens, ça me fait penser à certains dialectes bretons qui ressemblent plus au gallois qu'au breton de Vannes...Comme quoi les frontières, c'est un concept bien arbitraire...

werewolf 07/07/2006 09:40

dans cette region Belge de parler Picard, se trouve Mons, célèbre pour son Doudou...un lointain ancêtre de DJ? qui n'avait pas besoin de punch pour cracher le feu...

laouenanig 06/07/2006 22:16

Vienne: c'est là où tu as construit un escalier à ton nom? hein Doudou?Quand au Danube...en ce moment,je suis limite "pétage de plomb grave"et ce qui me vient à l'esprit, c'est de filer direct vers mon lac, là bas, en Allemagne.de me lever un matin, avant l'aube, et de partir, à pieds, vers le sud, la source du Danube. 60 ou 80km à pieds.. on n'est plus à 20 près..un besoin irrésistible..etonnant ces coincidences.. Y a des escargots par là? ;-)Bises