Les lagans du gars-loup

Publié le 30 Juin 2007

 

Mon dernier billet étrennait une nouvelle catégorie pour ce blogue : Lagans
Je me suis déjà exprimé sur le mot « lagan »
Le gars-loup, c’est moi (désolé…)

Depuis que je sais écrire et lire (Ce fut pénible, croyez-moi) je seux (1) lire et écrire tout ce qui me passe sous les yeux ou me trotte dans la tête.
Je vous avais déjà parlé de cette terrible maladie orpheline dans l’à-propos du Manuel de Survie.
A cet effet, tous les supports possibles et imaginables y sont passés. Pour la lecture, je n’ai aucun sectarisme (vous le savez hein !) et loin de corriger les fautes d’orthographe ou de grammaire du tout venant, je suis capable de lire avec autant d’intérêt et de délectation une oeuvre de Proust Balzac, Giono, Tournier, Nietzsche, Jean-Albert Machin-chouette (Prix Goncourt-MacDo en 2025), Hergé ou autre qu’un mode d’emploi du dernier truc électroménager acquis ou pas.
Pour vous dire que côté littérature, je ne suis pas chiant, hein !

Côté écriture, vous savez que c’est mon péché mignon : Les lecteurs de tous sexe, âge et poil de ce blogue savent que je suis capable d’écrire n’importe quoi (le plus souvent) sur n’importe quoi et sur n’importe qui.
Ainsi, depuis que je sais écrire, j’ai soulu (1) noter le plus souvent possible tout ce qui pouvait me passer dans mon foutu crâne et ce, sur tout ce qui pouvait être scriptable ou pas.
Hélas, vous savez comme est la vie, hein ! : Au hasard des déménagements et autres intempéries du quotidien, des caisses entières de tels « manuscrits » passent à la trappe et à la poubelle sans le savoir.
Heureusement, de nos jours, nous avons l’informatique !

Depuis que j’ai un ordinateur, je seux (1) retranscrire le plus souvent possible sur son disque dur (ou pas) tous ces « lagans » d’écritures sauvés des eaux du temps et de la nécessité.
Pour ceux qui ont connu les aléas de l’évolution de la micro-informatique, la valse des systèmes, des formats, des versions de logiciels (compatibles ou pas avec votre nouvel achat) je ne fais pas de dessin.
Le résultat est que j’ai des giga-octets de lagans numériques éparpillés partout sur des sauvegardes et des logiciels plus multiples, tu meurs !
Le temps est venu de « rassembler ce qui est épars » ; de dédoubler ; d’indexer et surtout, de relire.
Dans cette tache gigantesque, l’informatique du jour d’aujourd’hui permet en quelques clics de mulot de retrouver les madeleines du temps qui passe, inexorable ou pas.
Les blogues permettent aussi de publier, de partager ces mots, ces bouts de phrases, ces textes, ces « lagans » et éventuellement de discuter de leur sens ou de leur non-sens.
Les blogues ont l’avantage sur la parole (qui s’envole) et sur l’écrit papier, de ne pas brûler et d’errer (sans doute) éternellement sur la toile ou du moins dans des mémoires (virtuelles ou pas) pour des siècles et des siècles !

Il y a tant de vivants et de morts ; il y a tant des pensées, de rêves, de non dits ou de mal dits, de gestes, de fantasmes et de paroles !
Il y a tant de décors, d’objets et de paysages !
La vie d’un être désormais ne doit plus se résumer à de pauvres lettres d’encre périssables écrites lapidaires sur un registre d’état-civil.

Je publie désormais mes « lagans » et tous ceux qui veulent peuvent m’envoyer leurs « trucs » à eux : Je les disperserai dans l’éternité !

Je t’aime les blogues.

(1) Conjugaison du verbe souloir (avoir l’habitude de)

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Lagans

Repost 0
Commenter cet article

laouen 02/07/2007 13:27

rien à voir, mais je viens de faire une capture d'écran de tes pubs canalblog;sur eBay, tu peux toujours acheter ou vendre du loup d'occasion.par contre, sur apprentidieu, tu peux devenir Dieu toi même!!!toi qui brigues le poste d'Empereur d'Occident, çà ne te tentes pas?re-bises

werewolf 01/07/2007 09:04

le verbe de fer dans lagan de velours?

Gino 30/06/2007 23:02

lu dans Wikipedia : Lagan prend sa source dans les collines au sud-est de Taberg dans le comté de Jönköping, se dirige vers le sud en traversant les villes de Vaggeryd, Värnamo et Ljungby. Peu après Strömsnäsbruk, le fleuve oblique vers l'ouest et après avoir traversé la ville de Laholm, il rejoint le Cattégat dans la baie de Laholm, à 20 kilomètres au sud de Halmstad, dans le comté de Halland.Les torrents de gigaoctets, pas con, empruntent aussi les voies navigables :o))