Lagan XII

Publié le 17 Août 2007

Classé dans la série : « Les lagans du gars loup »

Ils sont deux frères sur un vélo, blonds, débardeurs et shorts rouges ; ils roulent.
Le premier à huit ans, le second, derrière, sur le porte-bagages, sans doute six.
Quatre marches se présentent : Le petit enserre plus que jamais son grand frère, fermant les yeux – je ne vois pas – et collant sa joue contre son dos.
Boum, boum,boum, boum…
Eclats de rires !
C’est beau la fraternité quand même.

Fin de loup

Publié dans #Lagans

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martin Lothar 18/08/2007 12:22

Zetron : Penses-tu que ce soit de la pudeur ? On passe tous des années et des années à n'écrire que pour soi-même et à tourner finalement en rond autour de notre vide, alors que l'écriture a été inventée pour communiquer avec les autres. Un auteur est le pire de ses lecteurs. Alors : Lache-toi !Wawaron : Il y en a qui ne supportent pas les coups soleil hein !Whiteshoulders : Oui il est très beau le com de Zetron.

Whiteshoulders 17/08/2007 23:32

C'est juste beau

Le Wawaron ... 17/08/2007 22:22

Pauv' Zetron, même si tu ne fais qu'un seul commentaire de trois lignes que tout le monde peut lire, on t'aura déjà vu à poil. Alors, après... question d'habitude, vivons nus et bronzés :)

Zetron 17/08/2007 21:23

Je viens de lire ton article sur les lagans et je trouve que l'on a la même façon d'aborder l'écriture.Moi ce qui me plaît surtout dans l'informatique, ce n'est pas la sauvegarde des données mais le système de session protégée par mot de passe qui permet d'être assuré de n'être lu par personne. En effet, quand j'écris je me fous à poil, je mets des mots sur le fond de mes pensées, même quand ce sont des histoires, et c'est assez génant de le montrer à quelqu'un d'autre, même quand cette personne est de la famille. J'ai bien souvent de la pudeur vis-à-vis de mes textes et avant je devais cacher mes cahiers en priant pour qu'ils ne soient pas trouvés et c'était assez casse-couille :P