Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Le chanteur

3 Décembre 2006 , Rédigé par Martin-Lothar Publié dans #Quantiques du loup

Quand j’avais vingt ans (au siècle dernier) je voulais être chanteur pop.
A l’instar de Balavoine, je rêvais qu’après le concert du siècle à Central Park (où j’aurais cassé ma guitare sur un ampli ou sur la tête du batteur) une bande de filles en folies se serait jetées sur moi pour m’arracher des lambeaux de polo ou mieux de jean voire même du slip.
Je rêvais que toutes les nuits, je faisais l’amour avec une fille différente et que chaque fois, nous étions réveillés par mon banquier demandant des instructions pour canaliser les milliards inondant mon compte en banque.
J’aurais fait mes (premiers) adieux à 25 ans avant de me retirer avec une centaine de jeunes gens sur le Larzac (ou un truc comme ça) pour élever des loups, des chèvres, des choux et fonder une secte mondiale de fumeurs de moquette.
Les villageois du cru auraient fait une guerre civile pour empêcher l’érection de ma statue sur la place d’un patelin inondé de fans japonais.
Et puis plus tard, j’aurais fait un blogue qui aurait rendu Loïc le Meur jaloux à crever.

Mais bon, après les premiers mois de fac de droit, je me suis dit que je devais sans doute rêver à autre chose de plus concret hein !
Ceci étant, entre deux articles du Code Civil, je grattais ma guitare définitivement désaccordée et je composais des chansons du genre plus centre culturel, tu meurs.
Un jour, j’ai acheté deux micros et une boîte à rythme qui faisait les basses et quelques échantillons de batterie.
Je branchais le tout sur mon vieux magnétophone à bande et j’enregistrais ainsi des heures et des heures de musiques fadasses ornées de vers mirlitonesques sortis tout droit du nez.
Et puis le temps passa avec ses vaisselles, ses courses, ses ménages, ses heures sup.
Bon nombre de ces enregistrements périrent en spaghettis dans des poubelles de déménagements et la guitare fut bientôt remisée au fond d’une penderie sombre et poussiéreuse.

L’autre jour en découvrant le logiciel GarageBand, j’ai repensé à ces années et j’ai recherché les éventuelles cassettes sauvées des âges.
J’en ai retrouvé une seule (pour le moment) que j’ai aussitôt numérisée.
Sur cette cassette, il y avait le rush très maladroit d’une chanson nommée « Il est difficile d’aimer »
Mes lecteurs un peu curieux en auront entendu un extrait que j’avais mis sans rien dire en haut à droit, pub.
J’ai importé la chanson sur l’ordinateur et j’ai fait un premier essai de « remastering » en ajoutant une partie de trompette, une voix et un accompagnement de cordes.
Les paroles de la chanson :

 

Adieu ami tu t’en vas ;
Adieu amours, vous passez
Chacun de nous apprendra
Qu’il est difficile d’aimer.
Tu meurs, vieillard emportant
Le secret de tes années
Tu sais que par tous les temps
Qu’il est difficile d’aimer.
Tu sais, enfant dans ta peine ;
Toi qui sanglotes, blessé,
Toi qui vas, chargé de chaîne
Qu’il est difficile d’aimer.
Celui qui souffre ici-bas
Connaît ta race, Etranger,
Car par lui tu sais déjà
Qu’il est difficile d’aimer.
Si l’âge d’or n’est plus loin
Amis chantons ses années,
Si même on sait néanmoins
Qu’il est difficile d’aimer.

 


Même si le résultat de cet essai est très loin d’être parfait ; même si cette chanson est ringarde au possible, et qu’elle est en l’état très difficile à aimer, en l’écoutant, je n’ai pu m’empêcher de chialer un bon coup.
Ça fait du bien, hein !
Ça purge le coeur d’un certain nombre de cochonneries empilées depuis des années.

Ça fait drôle de rigoler et de chanter avec le jeune homme que je fus et qu’il m’a toujours été difficile d’aimer !
Pour écouter cliquez là (MP3) : DiffDaimer2 

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laouen 05/12/2006 15:35

comme la guitare, je suis remisée dans une penderie sombre.un grand moment d'émotion.ok.. loin de la musique entrécoutée chez toi, mais elles viennent du coeur ces paroles là.bises émues

melusine 04/12/2006 17:28

tu as un petit coté "reggiani" dans le ton de la voix!!!émouvant d'écouter la voix du loup....

Bluemoon 04/12/2006 16:52

Je l'ai fredonnée toute la journée ! J'ai bien failli moi aussi me retrouver dans le Larzac et du coup la voix de l'ancien jeune homme m'a renvoyé l'image d'une ancienne jeune fille. C'était la journée nostalgie. Je crois bien qu'elle est toujours ce qu'elle était...

Bluemoon 04/12/2006 10:44

C'est très émouvant d'entendre ta voix. Très.

petiterenarde 03/12/2006 22:17

Les guitares n'aiment pas les penderies sombres et poussiéreuses... Tu ne me croiras peut être pas, mais j'ai les larmes aux yeux. Un peu compliqué à expliquer ici.bises