Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Du huit à l’infini en passant par le zéro

6 Août 2006 Publié dans #Divers et d'autres saisons

Classé dans la série : « Le loup et les symboles »

Bon, en ces temps de blogosphère déserte, je peux me permettre de faire des notes longues et chiantes, hein !
Celle-ci d’ailleurs est ma réponse à mes questions du jour n° 38 et 39 (voir plus bas, pub)
Savoir :

  1. Le zéro a-t-il un sens ?
  2. Qu’arrive-t-il quand le chiffre huit tombe ?
Mes joyeux et chers commentateurs de chez Tousexes Toutsâges & Toutpoil s’en sont (comme disait Dalida) tirés merveilleusement !
C’était pas facile hein !
Bravo à eux et à ailes (de tout bec et de toute plume)
Bon, pour synthétiser mes réponses je vous balance ça :

Lemniscate

C’est un huit couché (feignant !) et dans ce décubitus horizontal ce chiffre représente ainsi le signe de l’infini (Bravo Tippie !)

Dans la symbolique le chiffre huit (comme le neuf d’ailleurs) est assez mal loti.
Dans la famille des chiffres, il y a :

  • Le 1 (pas de problème avec l’unité et l’individualisme hein !)
  • Le 2 (Que de littérature sur le couple !)
  • Le 3 (Pfff, trop facile !)
  • Le 4 (Plus discuté, carrément tu meurs)
  • Le 5 (Je ne vous en parle pas à vous autres, pôvres humains)
  • Le 6 (Ah, malheur !)
  • Le 7 (sacré chiffre que celui-là !)
  • Le 9 (à mettre à plat ou au plat !)
Par contre pour le huit, beaucoup sont très secs.
Bon d’accord, c’est deux fois quatre ou quatre fois deux (etc), mais ras-le-bol hein !
Non, pour rigoler vous couchez le chiffre huit (fais dodo mon petit huit) et vous trouvez le signe de l’infini.
En y regardant bien, vous pouvez y voir deux zéros qui se tiennent par les bras.
Bref, en se couchant en baillant, ce petit chiffre de huit devient le nombre des nombres, le dieu des nombres : l’Infini !

Les géomètres ou autres mathématiciens appellent ça une lemniscate.
Définition de la lemniscate : Courbe en forme de huit et qui est le lieu géométrique des points tels, que le produit de leurs distances à deux points fixes est constant.
L’étymologie de ce mot est : « lemniscatus ou « orné de lemnisques » (du Latin lemniscus et du Grec désignant des rubans attachés aux couronnes, aux palmes des vainqueurs et des suppliants, ou ornant la tête des convives dans un festin »)
Quant au mot « chiffre » il vient de l’Arabe « sifr » qui veut dire « zéro ! »
Tout se mord la queue hein ! (Et vice vertu)

Bon moi je suis plutôt un littéraire…
Même si les sciences me fascinent de plus en plus.
D’accord je suis né dans ce siècle de tarés n° 20, mais pour l’heure (sauf opinion contraire) je vis dans ce siècle n° 21 qui est celui des sciences (ou sinon, je démissionne, je vous préviens, hein !)
Les mathématiques (et la géométrie) m’ont toujours titillé dans le tréfonds de ce que j’ai éventuellement de cerveau.
Elles me font très peur aussi, hein !
A tel point, que j’ai pensé un jour que les maths étaient comme un corps de la plus grande beauté : On les « mate » de loin sans trop oser y toucher !
Mais c’est superbe, croyez-moi !

Pour vous en convaincre (et même si vous êtes comme moi) allez voir ce site : Mathcurve

Sinon, vous pouvez aussi (et surtout) dire un petit bonjour à Alf le chat (Pierre-Jean) : Il y a un tas de liens matheux (et même des programmes de maths auxquels je n’y comprendrais rien de rien)
Dans la partie « blogue » de ce site, il y a même un blogue de matheux !
Ça s’appelle les mathématiques du Coyote !
Si, si, je ne plaisante pas hein !
Trop cool !

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martin Lothar 16/12/2006 22:28

Sois le bienvenu dans mon monde de fous, de nombres, de chiffres et de symboles. Dis-toi que tu est sans doute sauvé (certainement même), mais que toi et moi ne pourrons rien sans eux comme ils ne seront rien sans nous.Par contre si tu es prêt à partager tout ce que tu sais, je te livrerai tout ce que je connais : Alors à bientôt et A+

Mathieu 16/12/2006 21:32

... comme avant désormais. ^^Voir en lui le symbôle de l'infini est vraiment bien trouvé.

morganedesfees 07/08/2006 08:02

je decouvre merci de vos motsde vos images je vous remercie simplement de m'avoir touchée et reviendrai vous decouvrir

Tippie 06/08/2006 23:18

"Le 1 (pas de problème avec l’unité et l’individualisme hein !) Le 2 (Que de littérature sur le couple !) Le 3 (Pfff, trop facile !) Le 4 (Plus discuté, carrément tu meurs) Le 5 (Je ne vous en parle pas à vous autres, pôvres humains) Le 6 (Ah, malheur !) Le 7 (sacré chiffre que celui-là !) Le 9 (à mettre à plat ou au plat !)"Martin, tu me poiles !!! j'adore !Je me fends la peche devant mon ecran, en te lisant. Je me bidonne comme une andouille (rien que ca !). :o)))Excellent !"A tel point, que j’ai pensé un jour que les maths étaient comme un corps de la plus grande beauté : On les « mate » de loin sans trop oser y toucher !Mais c’est superbe, croyez-moi !"he he he :^)Martin, tu es unique.Et formidable.Bon, je m'en vais me mettre en position infinie moi aussi. Sure que je vais encore me marrer en montant les escaliers :o)"pour rigoler vous couchez le chiffre huit (fais dodo mon petit huit)"Arff ! Des bises.

Tippie 06/08/2006 23:10

Pierre Jean commente a l'infini... ? ;^)

Pierre-Jean 06/08/2006 22:02

l'ordre des questions préparait

Pierre-Jean 06/08/2006 22:00

Et pour les formules incompréhensibles : http://mathworld.wolfram.com/topics/Geometry.html

Pierre-Jean 06/08/2006 21:58

Excuse-moi, mais je ne pense pas...

Pierre-Jean 06/08/2006 21:58

Pourquoi devrait-on s'excuser auprès d'un cheval de prendre soin de lui ?

Pierre-Jean 06/08/2006 21:47

Perdu ! je pensais que l'ordre des questions préparaient un article sur koestler.PS : je n'y comprends rien non plus à tous ces programmes !