Pourquoi devons nous nous rappeler d’Arthur ?

Publié le 10 Novembre 2007

Tiens, aujourd’hui, nous sommes le 10 novembre, jour de nouvelle lune.

DurerChevalier

Jean Nicolas Arthur Rimbaud est mort le 10 novembre 1891 à l'hôpital de la Conception à Marseille. Il y a donc 116 ans.
Les amateurs de mon blogue noteront : « Jean », « Nicolas » et « Arthur » sans surtout se poser d’autres questions – Nous en avons tant hein !

Il naquit le 20 octobre 1854 à Charleville, dans les Ardennes ; il exécra sa bourgeoise de mère ; il adora sa sœur Isabelle dans les bras de laquelle il mourut ; il rechercha son connard de père toute sa vie.
Jean Nicolas Arthur Rimbaud fut un grand poète, dit-on.
Qui le dit ?
Jean Nicolas Arthur Rimbaud fut un grand philosophe, croit-on.
Qui le pense ?
Jean Nicolas Arthur Rimbaud fut un foutu sale gosse, raconte-t-on.
Qui le croit ?
Jean Nicolas Arthur Rimbaud fut un bon trafiquant d’armes et de café.
Qui le conteste ?

Premier de sa classe et fort-en-thème (versus Latin), il fut émulé par un très bon maître (Georges Izambard) ; il fut trahi par son pédagogue (Verlaine) ; il fut enculé (au sens propre comme au figuré) par les communards ; il fut lâché par ses pairs symbolistes ou zutistes ; il fut méprisé par l’Académie (Hugo) et oublié par l’institut (Victor)
Il déguerpit alors – tel un bateau ivre - de ce monde de bobos en suivant de ses rêves et de ses souvenirs ses vieilles lectures prophétiques, enfantines et néanmoins scientifiques.
Il y rechercha sans cesse son connard de père capitaine tout le reste de sa vie.
Il ne trouva que la gangrène générale et généralisée.
Tout genou comme tout père ou toute nation est un talon d’Achille (et vice vertu)

Jean Nicolas Arthur Rimbaud fut moins pédé et voyant que certains auraient tant d’intérêt à le faire accroire.
Il fut lucide trop jeune, c’est tout, mais c’était déjà trop et ce n’est pas si mal.

Je t’aime Arthur ; tu sais pourquoi, mais je ne sais pas encore comment.

Illustration : Albrecht DÜRER (1471-1528) Le Chevalier, la Mort, le diable et son chien (1513) Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe.

Fin de loup

 

 

Repost 0
Commenter cet article

Leila 11/11/2007 21:37

as-tu lu "la quarantaine", de Le Clézio ?l'histoire d'une famille coincée en face de Maurice par une Quarantaine injustifiée. Rimbaud plane sur tout le roman. Magnifique.

abricot 11/11/2007 20:24

Et comme par hasard j'ai porté son pull aujourd'hui O_O

laouen 11/11/2007 13:52

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombesEt les ressacs et les courants : je sais le soir,L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir...Sacré Arthur.. on a un point commun tous les deux: le dernier de ces quatre vers.

farf 11/11/2007 13:21

Bien dit, en voilà enfin un qui a tout compris !

abab 11/11/2007 10:50

Bon anniversaire à votre ami.

Zetron 10/11/2007 20:36

Et comme par hasard j'ai rédigé sa bio aujourd'hui O_O