Requiem pour une grande ourse

Publié le 13 Août 2007


franska

Mon nounours Albert a tenté de se suicider cette nuit.
Albert est mon doudou, mon coach, mon gourou, mon conseiller écologique, symbolique, financier, juridique et spirituel.
Vous pouvez voir sa photo dans la colonne de gauche de ce blogue (concours « montre ton doudou) : Il tenait vaillant et fier un code civil de chez Dalloz et Napoléon enfin réunis.

C’était pour illustrer ma note « Da Ursi code » du 29 avril 2006.

Dans cette note, je mettais en garde un certain nombre de couillons graves contre les risques que représentait la réintroduction des ours dans nos belles Pyrénées françaises et néanmoins européennes.
Danger pour les ours, pas pour lesdits connards purulents qui ont été réélus haut la patte et le pare-choc de 4X4.

Je les avais prévenus…

Une fois de plus hélas, j’avais raison  tout seul dans ce monde insouciant, désertique et global.
Mais personne n’écoute les loups-garous sur cette planète techno grave et tout le monde pense que la vie sauvage ou l’écologie est un jeu de société, un jeu de rôle ou une série télévisée en forme de loft perdu dans le seizième (Arrondissement, pas siècle hein !)

Mon nounours Albert a tenté de se suicider cette nuit.

Une overdose de miel au propolis que j’avais acheté pour lui chez Champion… (1)
Il est à la clinique vétérinaire de S.E.L (78, IDF, France, Europe, planète Terre, système solaire, Voie Lactée, Univers et plus loin je ne sais plus) en service de réanimation doudoulogique urgentissime.
Les docteurs sont néanmoins confiants.
Moi pas.

Mon nounours Albert a tenté de se suicider cette nuit car il n’a pas supporté la nouvelle de la mort de Franska, l’ourse slovène qui a été écrasée sur une route nationale anonyme, un petit matin blême de ce foutu mois d’août de l’an de merde 2007.

Elle a été percutée par deux voitures comme un vulgaire hérisson camé et sans papier.

Je les avais prévenus ces crétins pervers.

On ne mélange pas les ours avec les moutons, les loups avec les randonneurs ou les lynx avec les cueilleurs de champignons.
Ça frictionne tout ça ensemble et ça ne fonctionnera jamais.
Surtout que dans ces campagnes de montagne, tous les bergers, les randonneurs et les cueilleurs de champignons sont des chasseurs, voire des tueurs refoulés.
Plantigrades, lupins ou primates, chacun chez soi et les vaches les moutons seront bien gardés.
Franska était une étoile des canards franchouillards : Selon un de ces coin-coin déchaînés, elle avait 17 ans au lieu des sept affichée sur l’acte de vente entre la Slovénie et la France.
Mais qu’importe : Elle ne savait encore pas lire ; elle ne connaissait pas encore le code de la route et traversait toutes les voiries croisant sa sente hors de clous même si le petit bonhomme vert était rouge (bourré ou pas)

Je suis sûr que Franska est désormais une étoile de la ciel du firmament, près de la grande et de la petite ourse ; elle ne perdra plus jamais le Nord, là-haut, loin, très loin de la planète Mars et de la patate Terre et des ses seigneurs primates dégénérés qui prennent les sauvageons pour des martiens.


Requiem in pace Franska, requiem.

Albert (s’il s’en sort) moi-même ainsi que tous les vrais loups-garous de leur race et de leur cerveau, nous ne t’oublierons jamais, jamais !
Adieu Franska.

(1) Les apiculteurs accrocs de ce blogue, j’ai nommé : Myrtille Melba, Servum Pecus ou les amateuses de miel (Honey) sont priés de bien vouloir m’apporter toute lumière sur le propolis car je n’ai pas ni le temps ni le moral pour butiner Wikipedia ou les fleurs de Monsieur Gougeule.

Fin de loup


 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Nature & sciences

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

laouen 21/08/2007 08:42

je reviens ici sur la mort de Franska, car j'ai appris hier les circonstances exactes (enfin, normalement car çà vient d'un source officielle) de son massacre.Les anti-ours avaient pris l'habitude de faire des battues pour la diriger, comme par hasard, vers l'autorouteLa pauvre bête avait déjà traversé 5 fois l'autoroute sans y laisser un poil, par chance.Jamais ils n'auraient tiré dessus, trop soucieux de respecter les règlements qui protégeaient l'ours.Cette fois ci, la traque fut plus pressante, et la bête s'engagea sur l'autoroute sans regarder à droite et à gauche.Elle fut percutée et tuée par un premier camion, qui la projeta de l'autre côté de l'autoroute où son corps broyé s'arrêta sous les roues d'un camion militaire.Le jeune conducteur fut accusé par les pro-ours d'avoir tué l'ours, alors qu'il était (de source sure) traumatisé par ce qui venait de lui arriver.Le premier chauffeur de camion n'est lui aussi en aucun cas responsable de la mort de la bête, même si c'est son engin qui l'a tuée.Les meurtriers sont remontés dans leurs 4X4, ont rangé leurs fusils avec lesquels il terrorisaient l'ours pour le diriger vers le ruban de bitume mortel.Ainsi est morte Franska, désormais au paradis des ours.Quand aux meurtriers, ils rigolent, et il semblent donc qu'ils l'emportent au paradis.y a pas de justice...

Giov 19/08/2007 14:06

en tout cas, attention pour la gorge: ne pas te laisser refiler la teinture-mère alcoolisée, ça brûle horriblement.Je préfère mastiquer directement érysimum, maube, bourache dont je parsème également mes salades.Mais pour les angoisses, mieux vaut les fleurs de capucine ;)

bregman 14/08/2007 22:45

Article particulièrement excellent, grand loup !Je fais une petite cure de sevrage avant de déconnecter du net pendant une semaine complète (whaou ! quel défi !!)En attendant, prends soin du net ;)

Martin-Lothar 14/08/2007 20:16

Monsieur Julien : Lire quoi ?Pierre-Jean : Oui c'est pas drôle (et désert aussi) les hôpitaux au mois d'août !Saturnin : Je l'ai toujours dis : les ours et les loups ont trop bon dos (et les subventions aussi d'ailleurs)Le Wawaron : On marche sur la tête sur cette planèteDaniel : Les ours ont quand même plus d'espace libre au Canada et au Québec hein ! Lycaon : Merci pour ces précisions mielleuses.Bottine : C'est chouette les chouettes, même garoues.Louen : Ne jure pas hein !

laouen 14/08/2007 16:51

Et merde...Je rentre en France pour lire un truc comme çà, et çà me fout la gerbe...Elle faisait des ravages, soit disant, la belle Slovène.Inutile donc d'emettre l'hypothèse d'un accident. Les voitures ne se sont pas trouvées là par hasard.Tain... Envie de retourner où j'étais, au milieu des lynx invisibles, au milieu des crottes des bouquetins, au milieu des vaches et des mulets, libres, sans clotures électriques, sans lisier qui pue, au milieu du cri des marmottes, à 7h du mat, en haut des rochers.Je les ai vu galoper, poursuivies par jeu par le chien de chasse d'un randonneur.Putains de chasseurs!Ouais... Envie de retourner à 2500m, au milieu des pierriers.Pourquoi?Parce qu'il y a moins de cons à 2500m, vu qu'il y a moins d'hommes, et que le pierrier c'est hostile.Quoi que... La Franska elle devait pas vivre en plaine.Connards d'humains...J'ai aussi croisé le regard doux d'un oran outang, enfermé derrière une vitre.J'en ai pleuré...bises

Bottine 14/08/2007 13:44

J'aime bien ton blog. Je suis tombée dessus par hasard. Il y a pas mal d'articles sur des sujets qui m'intéressent, etc.Bottine, hibou-garou

lycaon 14/08/2007 10:59

Un peu long mais bon :La propolis est un enduit dont les abeilles se servent pour vernisser toutes les surfaces intérieures de la ruche afin d'en assurer l’étanchéité et la solidité. Elles la fabriquent à partir de diverses résines qu’elles recueillent sur les bourgeons et l’écorce des arbres (surtout sur les peupliers et les conifères), et auxquelles elles ajoutent de la cire et des sécrétions salivaires. La propolis joue également un rôle hygiénique en créant une couche protectrice contre les invasions microbiennes ou fongiques. L’ouverture, nommée le « trou d’envol », qui se trouve à l’entrée de la ruche, est constamment ajustée et remodelée à l’aide de propolis afin d’adapter ses dimensions et son orientation en fonction des conditions climatiques. Ce passage constitue par la même occasion une sorte de chambre de stérilisation à l’entrée de la ruche, d’où le nom propolis qui signifie, en grec ancien, « devant » (pro) la « cité » (polis).Dure et friable à 15 °C, la propolis devient molle et malléable aux alentours de 30 °C, puis collante ou gluante à des températures plus élevées. Sa couleur peut varier du jaune clair au brun très foncé, presque noire, en passant par toute une gamme de bruns suivant les types de résines recueillies par les ouvrières. Elle possède une saveur âcre, voire amère, et dégage une odeur douceâtre liée aux résines aromatiques qu’elle renferme. On attribue généralement ses propriétés thérapeutiques (antiseptiques, antibactériennes et antioxydantes) à sa teneur en flavonoïdes (qui peut cependant varier beaucoup d’un produit à l’autre), notamment en pinocembrine, en galangine et en pinobanksine. HistoriqueEn Égypte, la propolis servait à l'embaumement. Elle était également connue des Grecs anciens puisque Aristote la présentait, dans son Histoire des animaux, comme un « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations ». Elle connut un regain de popularité au XIXe siècle lorsque les médecins de l’armée anglaise l’employèrent pour désinfecter les blessures et faciliter leur cicatrisation durant la Guerre des Boers en Afrique du Sud.En raison des résines végétales qu’elle renferme, la propolis est depuis longtemps considérée dans l'herboristerie traditionnelle comme un remède utile pour combattre les infections de toutes sortes, tant par voie interne que par voie externe.Signalons par ailleurs que la propolis entrait dans la composition du vernis utilisé par le célèbre luthier Stradivarius

Daniel 14/08/2007 04:12

Des ours, pfff, il y en a un derrière chaque arbre ici... grrr, grrr! Dis à Albert qu'il ne s'en fasse pas trop avec ça!Bizours

Le Wawaron ... 14/08/2007 02:34

Ah oui... j'irais même plus loin: maintenant que nos vertes campagnes et resplendissantes montagnes sont vides d'animaux sauvages {si on excepte l'homme, bien entendu}, n'allons pas les y réimplanter de force alors qu'ils ne savent plus ce que c'est que la nature. Pensez aux petits des hommes, ces djeunes qui aiment se promener dans les herbages et qui sait, y fabriquer les petits de demain. Pensez que de se faire bouffer les (...) par un ours qui a faim ou se faire surprendre par un loup [qui, d'étonnement, va leur dire : mais mais mais, c'est mon pré ici, pouvez pas aller gouzigouzi dans vos draps non ?] n'est vraiment pas une situation idéale. Alors amants du retour au stress de la nature d'avant l'invention du fusil... pensez que sur cette terre, il existe des tas de gens qui ne savent pas se défendre contre les grosses bagnoles.* (Euh... n'ai rien contre les ours et les loups là mais... euh... ces bestioles sont-elles une nécessité absolue là où y a aussi des hommes ?)*Ça ressemble à un lapsus, hein ? Ben relisez ça tranquillement pour voir. :o)

Monsieur Julien 14/08/2007 01:17

En parlant de Bagnères de Bigorre, vous avez des nouvelles de la mémé de François Bayrou ?

saturnin abadie 14/08/2007 00:21

C'est not' bon maire de Bagnères de Bigorre qui avait eu la bonne idée d'être derrière la réintroduction de Franska. J'ai applaudi bien fort car ceux qu'on présente comme bergers, ont en général un autre boulot et montent aux estives une fois tous les quinze jours (je suis généreux) en4x4 pour "s'occuper" des moutons. Ce sont eux les connards qu'on entend gueuler partout. Ils ont manifesté sous mes fenêtres et j'ai pu admirer le ramassis de couillons. Les vrais bergers en minorité, restent avec les moutons et ont des chiens qui les protègent de la prédation due à 90% à des chiens errants appartenants aux dits connards qui bien sur sont chasseurs. C.Q.F.D

Pierre-Jean 13/08/2007 22:51

Heureusement que le nounours de Ludwig est dans sa chambre et qu’il n’entend pas les infos…

Monsieur Julien 13/08/2007 22:50

Puisque Franska est morte tragiquement et que nous ne pouvons plus rien y faire, sauvons Albert.Je crois qu'Albert a besoin de repos et je comprends qu'on en arrive à des solutions extrêmes pour en finir quand on passe le plus clair de son temps à lire le Dalloz.Pour l'été, offrez-lui un peu de divertissement. Mettez lui entre les pattes un bon Voici, histoire de décompresser.A+ petit loup