Les envahisseurs

Publié le 6 Septembre 2006

Classé dans la série : « Les angoisses du loup-garou »

Il y a quelques jours, dans cette note-là, je vous avais parlé du déclassement honteux de Pluton de planète couillue et velue en « planète naine »

Je pensais être le seul à s’en plaindre sur Terre quand j’ai appris que la semaine dernière, aux USA, une manifestation fut organisée par des gens qui protestaient également contre ce mauvais traitement planétaire.
Leur slogan principal était : « Ce n’est pas la taille qui compte ! »
Bon, c’est le genre de slogan qui peut être repris pour pas mal de causes et en de nombreuses occasions, hein !

Ce n’est pas parce que Pluton est une petite boule de rien du tout qu’il faut la traîner dans la boue et la mettre au ban des planètes.
Ceci étant, je n’avais pas la même motivation que ces autres offusqués.
Moi, je critique humblement la démarche scientifique ayant produit un tel déclassement (1), tandis que les autres semblent plus animés par une certaine « affection » sentimentale pour Pluton.

Ça ne vous semble pas curieux que des humains soient ainsi attachés à un caillou situé à des millions de kilomètres de la Terre ; qu’ils connaissent mal et qu’ils ne fouleront jamais de leur pied et de leur vie ?
Pour moi, cette attitude est suspecte, très suspecte.
Et si ces gens étaient des Plutoniens qui vivent secrètement sur la Terre sans papier ni adresse électronique ?
Et si ces gens n’étaient en fait que des envahisseurs ?
Ne sont-ils pas une tête de pont pour une future conquête colonisation non mise en valeur de notre planète ?
Dans l’affirmative et avant d’alerter la police le SAMU, le MRAP, les pompiers, Bercy, le CRAN (ou autre boîte noire), ma caisse de retraite, j’aimerais les connaître un peu plus ces Plutoniens ; savoir de quoi ils sont capables ; pourquoi ils sont partis de chez eux et pourquoi ils sont chez nous.

  • Il n’y a peut-être rien a tiré de Pluton.
  • Il n’y a peut-être ni Fnac, ni opérateur de téléphonie, ni stade, ni télé, ni gymnase, ni Caisse d’allocations familiales.
  • Ou alors ces Plutoniens sont des branleurs graves de leur race ou de leur mère à poil devant chez Carrefour.
  • Ou enfin, ils en ont été chassés par les Chinois du coin.

Bizarre, bizarre.
Dans le doute et pour éviter tout conflit sanglant et raciste dans nos belles et riches campagnes, je suis partisan de rendre ces Plutoniens à Pluton et de redonner Pluton aux Plutoniens.
Si ce n’est pas possible, il n’y aura plus qu’à aller décoloniser mettre en valeur Pluton nous-mêmes.

(1) Au lieu de mettre tous les trucs de l’univers dans des petites boîtes plus ou moins bien fermées et d’aller boire un coup après, il vaut mieux penser et vivre quantique (ça prend moins de place et c’est plus efficace – Comprenne qui pourra)

Fin de loup

Publié dans #Angoisses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tippie 07/09/2006 21:25

Qu'est ce que tu peux faire comme ratures.C'est degueulasse cette copie.-2 pts.

STV. 07/09/2006 16:15

J'envie tous ces gens (les scientifiques qui classifient et déclassifient comme ceux qui acquiecent ou protestent) qui n'ont rien de mieux à foutre de leurs journées.

David Vincent 07/09/2006 11:12

Plutonium que mort (de rire) !

El Jj 07/09/2006 02:27

La raison de toutes ces manifestations me semble simple : on est dégoûté d'avoir eu à apprendre par cœur 9 planètes, alors que nos enfants n'en auront que 8 à apprendre...