Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Martin-Lothar

Le pauvre petit vieux

1 Juillet 2007 Publié dans #Angoisses

Classé dans la série : « Les angoisses du loup-garou »

Je l’aperçois souvent chez l’épicier arabe. C’est un petit vieux comme en on voit de moins en moins, mais typique de son espèce.
Il traîne un cabas hors d’usage en lançant des regards farouches aux alentours.
Il a environ soixante-dix ans et plus si affinité.
Ses chaussures noires, de ville, à jamais cirées, auront été achetées en grandes pompes, il y a plus de vingt ans avec le pantalon en tergal à revers extérieurs et pourquoi pas, la veste élimée plus grise que le dernier des rats gris.
Quant à la casquette couronnant un pelage encore dru, mais chenu, on dira qu’elle a couvert les deux guerres mondiales voire celle de soixante-dix sinon les grèves ouvrières de trente-six ou de soixante-huit.
Bref, un personnage en relique, un être de musée, une silhouette sans ombre, courbée, atone, fluette, dépassée qui vous fend le cœur à chaque fois qu’on l’aperçoit et dans les poches de laquelle on viderait aussi sec tout son portefeuille avec un sourire larmoyant de scout béat.

Il est pathétique grave au comptoir de l’épicerie quand il s’agit de payer son paquet de nouilles, ses lardons (natures) ou son blanc de blanc.
Sa main ouvrière, ridée, tremblante éjecte maladroitement du porte-monnaie en cuir de mammouth antédiluvien une mitraille de petites pièces qui tombent partout où il est impossible de les ramasser.
Notre petit vieux se perd alors en d’infinies excuses que ce pauvre Ahmed n’entend même pas tant il est occupé à scruter le bas des étagères pour ramasser enfin les dix centimes de Francs français qui végétaient inutiles dans la bourse usée par la nuit des temps.
Notre bonhomme enfourne ses achats dans son cabas hors d’âge en bredouillant quelques mots dont l’humour calmera à peine l’exaspération de la file des clients.
Il s’en ira tranquille, terrible, lapidaire ; psalmodiant les idioties du climat tout en cavant d’un regard pétillant les chalands déconfits qui s’écarteront penauds.

Un jour, en sortant de l’épicerie, je l’ai aperçu faisant la queue à la boucherie d’en face ; je suis allé faire de même à la boulangerie et nous nous sommes enfin retrouvés à l’entrée du parking où mon petit vieux se tenait, fouillant en désespoir dans une de ses poches.
J’arrivais à son endroit quand il sortit enfin avec exclamations des clés de voiture.
En gagnant la mienne, je me suis imaginé en un éclair l’état de la « bagnole de mon pauvre petit vieux » : Un tas sordide de tôles antiques à roues, à flamme, à pétarade et à fumées délétères !

Je démarrai ma Renault de Français moyen et je quittai le parking quand j’eus cette vision ahurissante : Mon « pauvre petit vieux » posant son cabas vétuste dans le coffre d’une luxueuse Jaguar XJ encore rutilante du dernier cri !

Décidemment, ce bas monde ne vit que d’apparences auxquelles personne ne peut plus se fier.

Fin de loup

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

STV. 04/07/2007 16:32

C'est comme moi : tout le monde imagine ma belle gueule derrière un volant de voiture sportive et luxueuse, alors que je voyage en chiens de traîneau...

Monsieur Julien 03/07/2007 13:55

Vous nous avez dépeint ce petit vieux avec brio.Je remarque que votre épicerie arabe est un lieu d'inspiration non négligeable. Vous prenez des notes là-bas et vous les recopiez ici ?Vous m'avez tiré une larme.Et puis, il y eut cette fin :"Mon « pauvre petit vieux » posant son cabas vétuste dans le coffre d’une luxueuse Jaguar XJ encore rutilante du dernier cri !"Mais vous avez copié Hergé et son Carrédas dans Vol 714 pour Sydney, auquel ce cher capitaine donne un petit billet....Non, vous n'êtes pas un saint qui pense aux pauvres. Vous êtes seulement inspiré par Tintin, voilà tout.Bien à vous, cher Martintin.

Daniel 03/07/2007 13:34

http://www.tetesaclaques.tv/

laouen 02/07/2007 13:23

alors que moi je paye mes lardons natures avec des billets de 500 euros, et je sors du parking en super5 de 800000km :-))ta voiture avait elle supporté d'être collée à la mienne l'espace d'une nuit?rassure toi, depuis j'ai changé. ma pigeot n'a plus que 203000km, et je ne paye plus mes lardons qu'avec des pièces de 5 cts.ton histoire m'a donné un grand sourirebises

Gothic Inside 02/07/2007 11:04

...Ah, les dictées ! encore un genre littéraire qui se perd, n'est-ce pas, MM Genevoix, Chateaubriand, Pagnol ... sans oublier Totor, bien sûr !C'est vrai que ton texte sent bon l'encre violette et la plume Sergent-major, et donne envie de le recopier en tirant la langue sur une belle feuille quadrillée .

Fredesk 02/07/2007 09:20

Ton texte me rappelle ceux qui m'ont donné le goût de l'écriture : ces dictées que l'on devait reproduire tous les jours. Pas toujours lus par la prof. Des fois par un élève indiscipliné, pour l'occuper. Toujours de jolis textes, ces dictées.:o)

Daniel 02/07/2007 04:26

Moi aussi j'ai des bagnoles qui poussent leurs derniers cris... à la casse!

saturnin abadie 01/07/2007 22:59

Il faut lire avant c'étaiT mieux....Mille apologises

saturnin abadie 01/07/2007 22:57

Cette histoire m'a remémoré le père Choisit, un petit vieux de par chez moi qui me fascinait quand j'étais gosse, le genre Carmen Cru au masculin et en plus discret. Mais lui roulait dans une antique 4cv qui lui était patfaite. Tout se perd ma bonne dame, maintenant ils ont des bagnoles de luxe... Avant c'étaiy mieux !

Pierre-Jean 01/07/2007 20:16

La version la plus courante, c'est le petit vieux nourri par les voisins qui se rendent comptent à sa mort qu'il dormait sur des millions qu'il lègue à Monsieur l'Evèque. :-)