Satellite Terre

Publié le 27 Juillet 2007

Classé dans la série : « Les angoisses du loup-garou »

La kéraunothnetophobie serait la peur de la chute d’un satellite…
Je ne sais plus où j’ai relevé ce mot Grec, techno et Barbare tout à la fois et je ne certifie pas sa construction étymologique.
Mais bon, sachant que je lis des choses toujours sérieuses et bien informées, il n’y a plus qu’à me faire confiance.
Il y a peu, je vous avais parlé de la parurésie (la peur de pisser en public) dont je moquais lâchement ses malades qui prennent vraiment leur vessie pour une lanterne, mais cette phobie de la chute satellitaire est vraiment bête grave hein !
Quoique…

Mes ancêtres, les Gaulois (1) qui n’étaient pas des imbéciles, avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête.
Il faut dire que les soirs d’orage, ce putain de ciel peut faire peur.
Et puis l’été en avril et octobre en juillet peuvent laisser penser qu’il va nous tomber n’importe quoi sur le crâne à la première occasion.
Ne sombrons toutefois pas dans le catastrophisme !

Il y a peu de chance que vous receviez un satellite sur la tête.
En tout cas, il y a plus de chance qu’un esquimau manchot crypto communiste tendance Lénino-freudienne viennent sonner un soir chez vous pour vous proposer une encyclopédie médicale en braille serbo-croate que d’assister à la chute d’une de ces célestes machines en direct de chez Live.
Je vous le dirais comme je l’écris.

Ceci étant, j’ai appris récemment qu’il y avait quelque neuf mille objets d'une taille supérieure à 10 centimètres, dont près de 800 satellites actifs qui tourneraient bêtement autour de la Terre.
Je ne vous parle pas de la foultitude de trucs, machins, écrous, boulons, capotes, bérets basques et autres lagans déshérités et désorientés errant comme des loups sans âmes sur les autoroutes gravitaires et terrestres.
Je ne mentionne pas non plus les seringues à ozone que les martiens laissent traîner après leur ponction quotidienne dans nos couches à nous et qui laisse de trous béants dedans comme un anus de baleine un soir de grande marée.

Je ne parlerais que des satellites officiels ou pacsés avec notre bonne vieille patate planétaire.
Il y a déjà la Lune qui est mariée avec notre Géo devant Monsieur l’Astrologue et Monsieur l’Astronome depuis la nuit des temps.
Il y a ensuite tous les satellites de communications et de choses chouettes géodésiques qui permettent au trou de cul de tout à chacun (comme votre serviteur) de photographier sa tanière vue de haut :

Tani_re

Ceux-là sont connus, utiles et répertoriés par tout le monde des satellites.

Et puis, il y a des machins inconnus que personne ne connaît et que personne (juré craché) a mis en orbite, comme ça, pour rigoler.
Ce sont les satellites espions qui seraient des myriades à en croire le nouveau radar « GRAVES » (Mort de rire !) créé récemment par le commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), un truc militaire franchouillard.
D’après ce puissant radar de dernier cri, nous serions observés nuit et jour par un florilège de machines électroniques à lentille télescopiques, inconnues au bataillon, des trucs chiés par le grand Big Brother et  qui enregistreraient nos moindres prouts rien que pour nous copier grave par la suite.
Alors un conseil : Avant de pisser sur le mur du voisin, jetez un œil en l’air et souriez ; on ne sait jamais…

(1) J’ai la peau blanche, les yeux bleus et des cheveux clairs que je ne beurre plus depuis la colère de Stérol et la folie des vaches.

Fin de loup

Publié dans #Angoisses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniel 28/07/2007 14:04

Il me semblais aussi que nous habitions le même quartier!Bize

petiterenarde 27/07/2007 21:25

Mais où est le cérisier ?! bises