Vous n’en avez sans doute rien à brosser, mais… (Saison 3 / épisode 1)

Publié le 4 Mars 2006

Résumé des épisodes précédents : Notre héros, ML, autiste de l’informatique, découvre les blogues en janvier 2005. Il se passionne pour cette planète où sont jouées de bien étranges pièces animées par des inconnus à pseudonyme. Il se rend compte alors de la très grande variété des blogues et bien souvent, de leur belle qualité.Il se trouve un pseudo, au hasard, et se lance dans le grand art du commentaire bloguien. Il est tenté par la création dun blogue. Il crée son blogue pour essayer et ainsi essaye un échec cuisant. Quelques semaines plus tard, il réitère avec passion et essuie son premier commentaire…

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai un clavier blanc, tout blanc.
C’est d’ailleurs très salissant (et à l’heure où je tape dessus, il est crasseux comme pas permis) et c’est d’autant plus sali que le bonhomme Martin y frotte sa crasse ; y met sa sueur ; y jette ses larmes ; y crache ses colères et ses rires ; il le tache de son sang (quand il a bouffé des sardines ultra protégées par une boîte des plus agressives)

A la fin mai 2005, non seulement mon clavier (j’en parle aujourd’hui comme d’un de mes membres à part entière, telles mes mains, mes jambes ou mon sexe) avait oublié d’être blanc, mais en plus il était brûlant comme les fesses d’un petit garçon qui avait lui-même oublié d’être sage entre la poire et le fromage ; d’être patient entre les legos et la récitation du lendemain…
C’était la campagne du référendum sur la constitution européenne et comme je suis européen en diable fou (le saviez-vous ?), je m’énervai à sauter sur les tables et à me taper la tête contre les murs en voyant la tournure que prenait les choses dans ce merveilleux pays François  bêtement agité à crever par la ringardise et la connerie depuis au moins 1789.
Mon sentiment à cet égard était le suivant : Toute la classe politique française de l’extrême droite à l’extrême gauche, qu’elle soit bénie oui oui ou sacre nan nan,  étant fondamentalement opposée à l’Europe (quel qu’elle soit)
J’assistais alors à une guignolade franchouillarde comme il ne nous en a été rarement servie dans l’histoire de ce beau pays tempéré, réactionnaire (toujours vers le côté obscur), bourgeois (pour ses bagnoles, ses animaux domestiques, sa télé et ses enfants), révolutionnaire (tous les 30 février) et prolétaire (les jours fériés et ensoleillés).
Bref, c’était du grand Molière enraciné à  bayer aux Corneilles et à en soulever des Montaigne, n’en déplaise à Pascal et surtout à péter les plombs pour les amoureux de Voltaire & Cie comme moi.
Du Pétain Le Pen à Louis Chirac le Grand et passant par le Nabot Léon Fabius et l’osé beau V, ces gentils messieurs dames faisaient allègrement du national-socialisme sans le savoir ou en feignant de l’ignorer : Un remake lamentable du Bourgeois politicard et même pas gentilhomme.
Ils ont réussi…
Tous aux abris et mettez vos casques.
Je vous aurais prévenus hein !

Je publiai donc comme un dingue lumineux deux ou trois notes par jour sans me préoccuper ni des stats, ni des éventuelles réactions.
Quand le 28 mai 2005, je reçois ce commentaire (sic) :

« scuse moi, mais pourquoi tu parles autant de Sciences-Po ??? »

Posté par Will, samedi 28 mai 2005 à 19:38

Bon là, il faut savoir que j’étais quand même un petit bizut dans la blogosphère hein !

Un commentaire comme ça, qui en plus le premier que je prends dans la gueule : Je panique un peu !
Putain, mais qu’est-ce que j’ai fait ?
Putain, mais qu’est-ce qu’il faut faire ?
C’est l’histoire du petit nouveau de l’école qui se promène dans la cour de récréation et reçoit un ballon dans les pattes : Que doit-il faire ?

  • Mépriser complètement le ballon et passer son chemin ?
  • Ou taper dedans n’importe comment, en rigolant ?
  • Ou ramasser la balle et la porter aux maîtres ou maîtresses ?
  • Ou encore, la prendre dans ses mains et crier : C’est à qui ça, je peux jouer avec vous ?

J’ai choisi la dernière solution surtout que mon premier commentateur avait pour pseudo « Will » : un prénom qui ne m’est pas étranger.
J’ai réglé l’affaire directement et j’ai découvert Pelote…
Moi, je l’aime bien Pelote.
Je l’aime bien parce que c’est un petit djeune typique de notre époque et de notre pays qui passe son temps à se perdre en se cherchant ; qui passe son temps à croire réinventer l’introuvable et qui passe son temps à fuir l’inexorable.
Bon d’accord, il est « nature » c’est sûr !
Bon d’accord, il est fâché avec l’orthographe et la grand-mère et pas mal d’autres choses, mais il me fait toujours craquer pour le cours d’histoire romaine qu’il a en lien sur son blogue et pour les photos de ses peluches…
Comprenne qui pourra !

Il se passe alors un bon mois sans rien de nouveau et le 21 juin 2005 au soir, je rentre du boulot sans projet ni idée de note.
J’apprends par la radio sans fil que c’est la fête de la musique ce jour-là, et incontinent, je tape en trente minutes chrono une note
Je poste et je vais me coucher.
Le lendemain soir, j’ouvre mon blogue et je constate que mes stats ont littéralement et numériquement explosé !
J’ai deux nouveaux commentaires de Laouenanig et de Zibulinette (ce dernier commentaire ayant été effacé par erreur, désolé)
Je nageais dans un ruisseau de bonheur…
J’étais (enfin !) devenu le plus grand blogueur de l’univers ! Si, si.

Le 26 juin 2005, j’ai le premier commentaire de Lewis (dont je reparlerai plus complètement demain, hé, hé !) ;
Un commentaire (enfin) de Zeugme le 22 juin 2005 ;
Et le 2 juillet 2005, le premier commentaire d’Ennairam, cette sympathique araignée qui m’attraira quelques semaines plus tard dans sa toile de chez Frivoli !

C’est l’époque où je regarde attentivement mes stats et surtout, les adresses IP des gens qui me visitent.
C’est l’époque où je remarque qu’une adresse IP « Anantes » s’inscrit plusieurs fois par jour sur la liste, sans commentaire aucun et sans que je sache de qui il pouvait s’agir !
C’était très agaçant !
C’est toujours agaçant !
Le loup ne savait pas encore que nuit et jour, une petite renarde marchait sur sa trace…

Fin de loup

 

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Bloguerie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tippie 08/04/2006 22:03

La suite ? :o)

Mlle Moi 05/03/2006 22:26

Arf. Mademoiselle Moi, connecting people :D

Crooke 05/03/2006 21:44

Moi je t'ai découvert par l'intermédiare de la Mlle Moi.Merci Mlle Moi ;D . Je crois z'aussi que c'est à elle que je dois mes premiers commentaires.Raah, ma première fan, je t'aime!

ab6 05/03/2006 17:22

C'est bien cette rubrique (et puis la je comprends tout)j'ai vecu les memes affres. tu sais. Et en plus au debut je ne comprenais pas que je devais repondre aux commentaires sur MON propre blogue, c'etait terrible...alors je repondais pas..

Mlle Moi 05/03/2006 16:22

Moi je sais plus quand je suis passée chez toi pour la premère fois, mais je me souviens tres bien de ton premier commentaire chez moi, en revanche :D

laparhasard 05/03/2006 13:19

Moi au début je ne comprenais rien à ce que tu écrivais...

STV. 05/03/2006 11:10

Et on parle même pas de moi. Voilà qui est vraiment agaçant. ;)

Tippie 04/03/2006 23:21

Tiens, du coup, j'ai cherche quand j'avais decouvert ton blog... En septembre seulement !

Martin Lothar 04/03/2006 22:43

Petite renarde : je n'en doute pas !Monsieur Camille : Quel est ton problème mon ami ? D'ailleurs comme on dit en fac de droit (et de sciences) : " bis repetita non placet" et comme on dit en fac de lettres : "bis repetita non placent" Comprenne qui pourra.

Monsieur Camille 04/03/2006 22:20

Nouveau concept de blog : un blog dans lequel on ne fai que raconter l'histoire du blog."Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :..."Et ainsi de suite... Saurez-vous tenir pendant au moins un an ?

Monsieur Camille 04/03/2006 22:20

Nouveau concept de blog : un blog dans lequel on ne fai que raconter l'histoire du blog."Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :Je viens d'ouvrir un blog, les premiers mots sont :..."Et ainsi de suite... Saurez-vous tenir pendant au moins un an ?

petiterenarde 04/03/2006 22:19

mystérieuse petiterenarde qui ne va pas te lâcher de sitôt...