Lagan 187 (avec un iCul festif, gaulois et national)

Publié le 14 Juillet 2017

Lagan 187 (avec un iCul festif, gaulois et national)

14 juillet. La brise de la pastille. 228 ans après, les cellules même pas grises en restent toujours vides.


marianne est très rigolote
on la pelote
sans culotte


Illustration : Hubert Robert, 1733-1808, La Bastille dans les premiers jours de sa démolition, Musée Carnavalet, Paris, Europe.


Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Lagans, #Histoires d'Histoire, #iCuls & haïkus

Repost 0
Commenter cet article

trace_de_pat 20/07/2017 17:59

Hélas !
De nos jours

Marianne est une ilote
Qui grelotte
Sans Bouillotte

TG 14/07/2017 18:40

“Le 14 juillet, prise de la Bastille. J'assistai, comme spectateur, à cet assaut contre quelques invalides et un timide gouverneur : si l'on eût tenu les portes fermées, jamais le peuple ne fût entré dans la forteresse. Je vis tirer deux ou trois coups de canon, non par les invalides, mais par des gardes-françaises, déjà montés sur les tours. De Launay, arraché de sa cachette, après avoir subi mille outrages, est assommé sur les marches de l'Hôtel de ville ; le prévôt des marchands, Flesselles, a la tête cassée d'un coup de pistolet : c'est ce spectacle que des béats sans cœur trouvaient si beau. Au milieu de ces meurtres, on se livrait à des orgies, comme dans les troubles de Rome, sous Othon et Vitellius. On promenait dans des fiacres les vainqueurs de la Bastille, ivrognes heureux, déclarés conquérants au cabaret ; des prostituées et des sans-culottes commençaient à régner, et leur faisaient escorte. Les passants se découvraient avec le respect de la peur, devant ces héros, dont quelques-uns moururent de fatigue au milieu de leur triomphe. Les clefs de la Bastille se multiplièrent ; on en envoya à tous les niais d'importance dans les quatre parties du monde. Que de fois j'ai manqué ma fortune ! Si, moi, spectateur, je me fusse inscrit sur le registre des vainqueurs, j'aurais une pension aujourd'hui.”
Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, première partie, V, 8.“

Martin-Lothar 14/07/2017 22:28

TG : merci pour cette terrible citation. Cela étant, je te rappelle que selon l’autre TG, nous gîtons, toi et moi, sous le même arbre à gégènes que François-René de chez C. (par sa mère Apolline Jeanne Suzanne de Bédée). Sur d’autres branches plus élevées et anciennes du reste, nous partageons avec François-René (et sa race à poil devant le prisunic) ce génétique et populeux HLM avec Charlemagne, Guillaume le Conquérant et l’évêque Cauchon (dans qui, tout est bon, comme disait notre Papa devant le barbecue du dimanche de la saint-jean pied de porc grillé).