Douze iCuls du solstice et consécutivement, de l’hiver et de Noël

Publié le 23 Décembre 2016

Douze iCuls du solstice et consécutivement, de l’hiver et de Noël

la nuit partout dans les têtes, la cour

le jardin car c'est le jour

le plus court

le Sol invictus aura son revers

en chauffant les sols pervers

de l'hiver

et nul verbe ici-bas s’il n’est charnel

l’enfant solstice éternel

à Noël

les clartés des longs jours nous avertissent

que l'autre Janus tisse

le solstice

et sa main pour un hiver de tout sein

mais pourquoi tu tousses hein

en Toussaint

même Janus est à l'envers

tout va de travers

c'est l'hiver

au marché de ce Noël las

le vieux cocker chancela

dans l'allée du verger là

la Terre montre son cul à l'envers

au Soleil choqué tout vert

c'est l'hiver

et maintenant que Noël est passé

les gens laissez-moi casser

mes jouets

éperdu de brume au solstice

Noël en indice

et je pisse

maintenant je veux du soleil

le vrai dieu du vieil

appareil

et puis le solstice éternel

ce jour fraternel

c’est Noël

 

Illustration : Claude Monet, 1840-1926, La Seine en hiver, 1880.

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Divers et d'autres saisons, #iCuls & haïkus, #Le manuel de survie, #Monet

Repost 0
Commenter cet article

trace-de-pat 29/12/2016 23:08

Chouette ! Matières à nouvelles inspirations aquarellistes. Enfin, si j'y arrive, en ces temps moroses. Bien à toi.

Martin-Lothar 30/12/2016 20:22

Salut Pat. Moroses, moroses, je ne trouve pas vraiment. Ces temps sont enfin de ruptures et de naufrages comme prévus et comme il faut enfin (merde quoi !) et il est donc temps de rêver à d'autres temps sans maux et encore plus roses ou d'autres couleurs en harmonie avec nous mêmes — ou pas. Mais ça peut se discuter, je sais. Je passerai dimanche faire un petit pissou de vieux loup prostatique sur les fesses de ton bouc. Qu'il me pardonne hein ! Bien à toi aussi et à tous les tiens.