Rune — Jenin L’Avenu — François Villon

Publié le 13 Avril 2015

Rune — Jenin L’Avenu — François Villon
J’ai trouvé ça au fond de ma tanière, parmi les feuilles et les ossements :
 
Jenin l’Avenu
Va-t’en aux étuves
Et toi là venu
Jenin l’Avenu
 
Si te lave nu
Et te baigne es cuves
Jenin l’Avenu
Va-t’en aux étuves
 
(Rondeau, attribué à François Villon, vers 1431- vers 1463)
 
Note
Cet étrange rondeau rigolo « Jenin l’Avenu » est présent dans presque toutes les éditions des œuvres de Villon, à commencer par la « princeps » de Pierre Levet, imprimée en 1489 — soit vingt-six ans après la disparition de maître François — et dans celle de Clément Marot, en 1533.
Il se situe le plus souvent entre la Ballade contre les Ennemis de la France et la Ballade du Concours de Blois.
Ce poème contient sans aucun doute le plus ancien calembour de la littérature française, voire mondiale.
Certains éditeurs au vingtième siècle, l’ont purement et simplement écarté en estimant peut-être, que si les vers de Villon sont cloutés avec des jeux de mots divers et d’autres saisons, à finesse plus ou moins absconse, il usait peu, voire jamais d’une telle grosse artillerie calembourgeoise. 
Par ailleurs, il ne doit pas exister de manuscrit de ce rondeau, du moins de la main (officielle et académique) de Villon, et les très inattendus cinq pieds des vers détonnent foutrement de sa manie octosyllabique et des usages de l’époque (bien que ces formes poétiques ne fussent pas encore « codifiées », notamment pas le susdit Marot)
Bref, s’il n’est pas de Villon (dont on sait fort peu de choses, du reste), on ne connaîtra jamais l’auteur de ce rondeau comme on ne saura jamais qui fut vraiment ce Jenin l’Avenu dont les historiens et les archivistes et autres Sherlock Holmes de bibliothèques ne sont jamais parvenus à trouver la moindre trace, contrairement à presque tous les autres personnages des poèmes et du premier Testament en particulier.
En effet, par exemple, contrairement à une première lecture candide des vers, nous savons parfaitement que les pauvres petits orphelins nommés Colin Laurens, Girard Gossouin et Jean Marceau « dépourvus de biens, de parents qui n’ont vaillant l’anse d’un seau » (le Lais XXV et XXVI) ne furent autres que trois redoutables, richissimes et intraitables usuriers qui pressèrent longtemps les maigres bourses de nombreux Parisiens avant de les envoyer en prison, voire au gibet.
Mais de Jenin l’Avenu, rien, zéro, pas même l’ombre d’un acte de mariage, d’une facture ou d’autre jugement : que dalle !
Dès lors, toutes les suppositions sont permises :
Jean Favier, par exemple, rappelle que le prénom « Jenin » désignait un « cocu » et « l’Avenu », quelqu’un tombant au mauvais moment. Dès lors, l’envoyer aux étuves ou au bain public (en ce temps-là, un lieu à la fois d’hygiène et de luxure — bref un bordel savonné, sinon un sacré coupe-gorge) c’était se débarrasser d’un geignard, d’un pleurnichard un peu casse-couilles.
On peut aussi penser à un des compères de foires et d’orgies de Villon ou de sa bande, puant autant du corps que de l’esprit et que son pote envoie aux bains pour se décrasser et se décoincer dans la foulée, sachant que « l’Avenu » peut signifier « débile », « crétin », « niais »
Je pense que c’est sans doute la réalité de ce rondeau. Il faut en effet avoir dans l’esprit que le Paris de 1450, une ville de plus ou moins cent mille habitants, abandonnée par les rois, princes et ducs de toute l’Europe, livrées aux épidémies, aux aventuriers et à la vermine de tout poil, mentalité, horizon et moralité, était une sorte de « Cour des Miracles » encerclée par des centaines de congrégations, confréries et autres sectes complètement azimutées. Bref, un véritable bouillon de culture.
Jenin l’Avenu et François Villon n’en étant que deux caractères parmi tant d’autres.
Autre hypothèse : « Va-t’en aux étuves » signifiant « va te faire voir ailleurs », « va te faire pendre », « va te laver », « casse toi, tu pues »
Enfin, j’ai lu quelque part, mais hélas, je ne souviens plus où — sans doute chez l’autre Maître François (Rabelais, pas Hollande hein) —, que « les étuves » pouvaient aussi désigner un des supplices les plus atroces qui soient : « le bouillir, ou le supplice de l’ébouillantement » qui était destiné, notamment, aux faux-monnayeurs et aux incestueux.
Bien entendu, la durée et la rigueur de cette exécution (publique, car en ces temps, c’était une grande distraction et une leçon de morale — comme aujourd’hui, le journal de vingt heures) dépendaient du bon vouloir, du métier, de l’art, et surtout de l’humeur du bourreau local.
Aussi, celui-là pouvait prévoir soit de jeter le condamné tout cru dans une cuve d’eau ou d’huile bouillante, soit de l’y faire rentrer petit à petit, soit encore de l’y plonger à froid et de la chauffer le temps qu’il fallait.
Du temps de Villon et de Jenin l’Avenu, ce petit bouillon rédempteur se faisait sur la place du marché aux porcs, non loin du cimetière des Innocents (c’est-à-dire aux Halles de nos jours).
On peut donc imaginer d’une façon cette fois, « villonnesque » que ce Jenin fut un de ces notables ou bourgeois « à chier » que notre cher pauvre petit écolier voua ainsi au plus chaud de l’enfer.
 
Cela étant, comprenons surtout ce rondeau comme « une plaisanterie de garçon de bain » — autre expression de naguère, voire de jadis.
 
On t’aime Jenin l’Avenu ; reste avec nous, mais va te laver quand même.
 
Illustration : Edgar Degas, 1834-1918, La Toilette, 1885-1886, pastel sur papier, 70 x 70 cm, Hill-Stead Museum, Farmington , USA.
 
Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Runes, #François Villon, #Histoires d'Histoire, #Le Dico

Repost 0
Commenter cet article