Question du jour n° 421 (hein ?)

Publié le 12 Février 2015

Quand le mot « obsolète » le sera-t-il enfin ?
 
Note : il s'agit d'une question de philosophie quantique, pas de vocabulaire franchouillard, européen ou d'espéranto globischisant. Donc, à vos méninges plus qu'à vos dictionnaires.
Et le premier qui me répond : « quand les poules auront des dents » montrera piteux qu'il ne lit pas ce blogue, dont un trois mille billets (en Aveyron) démontre par A + X que ces crétins de gallinacés mouillés surent un temps, parfaits, mordre les testicules molles et vides de la putain de mère de sa race à l'évidence désuète et pour le coup, inutile comme un œuf de Pâques islamiques en tisons sur le balcon d'un Noël pagano-martien — d’extrême centre gauche, œuf corse, voire guyanais libre.
Ah mais.
 
Fin de loup (décati et un peu las, c’est vrai)

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Quantisme, #Angoisses, #Le Dico

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Z 13/03/2015 14:21

Si j'ai bien compris la question : quand obsolète deviendra suranné.

Agg 12/02/2015 18:12

Le mot "chien" ne mord pas.

En vous remerciant. :-D

Tripoda de Kaulomachie 12/02/2015 17:45

À la fin du progrès

corinne 12/02/2015 17:11

C'est obsolète dès que c'est dépassé, donc mon commentaire est déjà obsolète...

Patrice 12/02/2015 09:00

Cela ne saurait tarder.
Un recherche « google » sur le mot propose 1 560 000 entrées. Un antonyme plausible : « moderne », se voit lui, représenté 267 000 000 fois dans les résultats de ce moteur, juge régalien de l'obsolescence ( soit un rapport de 171, ou un partage d'occupation du lexique de 0,58 % vs 99,42 % )¹ Pour une réponse plus précise, je referai la même expérience dans un an, suivie d'une simple règle de 3, corrigée de la non obsolescence des pages (la toile n'oublie pas vite).

Enfin, plus sérieusement, le jour ou « obsolescent » deviendra obsolescent, de quoi le qualifieront nous ?

¹ Si l'on répète l'expérience avec « oui »  et « non », ce dernier l'emporte ( sinon l'homme ne serait pas l'homme ) mais avec un rapport 10 fois moindre. Pour « amour » et « haine », à nouveau victoire au second, mais d'un faible multiplicateur :4,15. Le sens des deux fusionnant souvent, il est difficile d'en tirer une loi. En poursuivant avec des adjectifs, cette fois : « mou » et « dur », l'équilibre est (presque) atteint ( multiplicateur : 1,8, ce qui est surprenant au regard des connotations que ces adjectifs peuvent prendre dans la psychologie humaine, sauf s'ils sont anti-pondérés par « amour » et « haine » bien sur).

² Je n'ai pas su placer d'appel à cette note de bas de commentaire. Cependant, et dans une recherche d'outils toujours plus performant pour le poète en mal d'oxymores, la méthode proposée ci-dessus permet de méta-aborder le problème.
« Obscur »/ « Clarté » : rapport de 7,9.
« Vert »/ « Rouge » : rapport de 1,8.