Dans la jungle, terrible jungle

Publié le 20 Juillet 2014

Dans la jungle, terrible jungle, le loup n'est pas mort ce soir, malgré les missiles russes, américains, ukrainiens, palestiniens, israéliens, syriens, maliens, pro-machins, aéro-malaisiens, malaiseux, antitrucs, para-bidules, les clowneries de l'état français, de la SNCF, les orages juillettristes ou d'autres entités foutrement plus médiatiques que moi.
Il faut dire qu'en ce moment, je suis très occupé à ramer comme un esclave galérien du privé pour notamment cotiser à divers comptes en forme de tonneaux des Danaïdes, à ce que l'on dit de plus en plus, mais bon, les rumeurs hein, dont on m'assure mort & dicus que je serais un des heureux, mais vraiment premiers bénéficiaires, surtout dans ma tombe ou mon urne fun ou née rare.
Tout va bien donc.
...
Deux choses à vous signaler rapide :
Un énième et vain débat sur le « libéralisme » : un gros mot et une antique utopie à chier de festifs turbo-chatons énucléés qui fait de plus en plus causer et qui agite de plus en plus encore des esprits pas forcément malsains, mais toujours un peu confus, sinon confits, à mon goût, surtout en France of course, mais j'en reparlerai, si j'ai le temps.
C'est là, chez Agg, un hutin malgré lui et bien d’autres
...
Dernières nouvelles des loups qui NE SONT PLUS désormais les pires assassins de l'homo sapiens sapionce, mais ça je le savais depuis ma première érection :
C'est là, chez le Passeur de Sciences et merci au loup Anton le Viking pour le lien.
...
Dormez bien les gens, sur la plage ou ailleurs, mais faites gaffe quand même au mélanome malin ou con comme un grain de sable lunaire ou lunatique, comme vous voudrez, aux crocodiles en chaussures, aux requins dentés de leur mère, aux tigres moustiques, aux écureuils enragés et surtout, aux ministres frankistanais sans pavé qui s'ennuient en vacances dans leur Paris-plage sain et thétique.
 
Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Loups et loups-garous, #Bloguerie, #Quantisme

Repost 0
Commenter cet article

jungle 19/08/2014 12:36

Bonjour,
Cette phrase n'est pas de Cendrars en personne en fait mais est tirée de l'ouvrage "Hors la loi!" de Al Jennings que Cendrars a adapté et traduit.

jungle 04/08/2014 10:27

Et oui, le monde est une jungle implacable dans laquelle malheureusement il est préférable de ne penser qu'à soi et fermer les yeux...Cendrars disait d'ailleurs "Sans l'appui de l'égoïsme, l'animal humain ne se serait jamais développé. L'égoïsme est la liane après laquelle les hommes se sont hissés hors des marais croupissants pour sortir de la jungle"...

Martin-Lothar 04/08/2014 22:59

Jungle anonyme : PS : merci pour la citation du Blaise (Cendrars, pas Pascal) que je ne connaissais pas (la citation, pas Blaise, que je connais un peu et que j'aime beaucoup du reste). Pourriez-vous SVP m'en préciser la source exacte ?

Martin-Lothar 04/08/2014 22:50

Jungle anonyme : non, pour moi l'égoïsme est plutôt une conséquence qu'une cause. On ne nait pas égoïste et je ne pense pas que ce soit génétique. Par contre, vous avez raison sur la jungle et sur la longue route pour sortir (ou pas) de ce labyrinthe qui reste quand même passionnant, non ? Qu'est-ce qu'on se ferait chier sur cette terre sans loup bouffeur de tout ou de rien. Je pense que c'est le mot "responsabilité" qui serait plus ad hoc (comme disait le capitaine de la même bouteille) dans votre commentaire.
Et puis fermer les yeux en se lançant sur une liane, je peux vous dire par expérience que ça peut faire très mal hein ! Bien à vous.

Agg 26/07/2014 21:19

Bonjour,

Je découvre votre blog via celui de l'ami Pharamond et, par une amusante coïncidence, je tombe sur l'article où vous parlez de mézigue ! Merci pour le renvoi vers mon blog. J'en viens à vos remarques lapidaires :

"Un énième et vain débat"

>> Tout dépend de l'enjeu que vous faites peser sur le débat. Pour moi, il s'agit bien modestement de clarifier les positions de chacun dans une logique de compréhension mutuelle. Pas de jouer à qui a la plus grosse, ni de convertir l'autre à ma petite opinion.

"un gros mot"

>> Un gros mot qui, en France, désigne l'ennemi public numéro un et se trouve dans toutes les bouches, à commencer par celles de l'ensemble du personnel politique, ce qui devrait donner un sérieux indice à quiconque n’a pas "renoncé à penser" (Rand)...

"une antique utopie à chier de festifs turbo-chatons énucléés"

>> Jolie formule, mais c’est un peu court. Le libéralisme est en effet une utopie, au sens étymologique du terme : il n'a jamais existé nulle part à ce jour. Il s'agit par ailleurs d'une utopie récente, puisqu'elle ne date que de quelques siècles – trois tout au plus, en partant de Locke (1689), même si l’on peut certainement identifier cette tradition de la primauté de l’individu dans des époques antérieures. Pour le reste, je crains que vous ne manquiez cruellement votre cible. Ainsi, lorsque Muray déplore la dévastation de l’ancienne raison et la régression anthropologique caractéristiques de l’ère hyperfestive, il rejoint parfaitement la critique libérale de l’émotionalisme et de l’infantilisation des individus propres à notre époque. Par ailleurs, si le libéralisme pose le principe de non-agression (Rothbard) comme fondement du rapport social, il n’exclut pas le recours à la violence légitime. Enfin, on est toujours l’aveugle d’un autre, je suppose et parfois de soi-même : toutes ces "entités foutrement plus médiatiques" que vous font précisément partie des prédateurs de la jungle qu'un libéral comme moi chasse volontiers.

A part ça, pour l'avoir quelque peu parcouru, j'aime bien votre blog. Le temps de trouver une dénomination originale et je vous ajoute à ma liste.

Au plaisir d'une réponse et/ou d'un prochain développement de votre part.

Bien à vous.

Agg 04/08/2014 00:39

Tout d'abord merci pour votre réponse (pas si tardive que ça, d'ailleurs) et pour l’ajout de mon site à votre liste de liens. Ensuite, je pense que nous partageons l'essentiel. Bien sûr que le libéralisme est une utopie, pour l'heure inappliquée et peut-être même inapplicable. Il me semble néanmoins valoir le coup de tendre vers son idéal d'autonomie et de l'encourager chez autrui. Sur l'ancienneté de cette utopie, comme je vous le disais dans mon premier message, j'ai bien conscience d'une tradition libérale remontant à bien plus loin que sa date de naissance "officielle" et je vais d'ailleurs me renseigner sur certains des exemples que vous avez énumérés et que je ne connaissais pas. Votre idée de billet me paraît excellente, je ne manquerai pas de le lire avec intérêt. Je m’en tiendrais donc là pour l'instant et vous dis à bientôt sur ce sujet ou d'autres.

Salutations nocturnes.

PS : si, par impossible, vous deveniez empereur d'Occident, pensez aux copains, un poste de conseiller occulte m'irait très bien :-p

Martin-Lothar 02/08/2014 17:41

Agg : merci pour votre commentaire et le lien sur votre blogue et désolé pour le retard apporté à ma réponse. Je sais que vous êtes comme moi, séduit depuis longtemps par cette étrange et antique — je maintiens — utopie qu'est le libéralisme (alerte, alerte, un mot, dont l'étymologie, est basée sur celle du mot liberté : ne jamais oublier cela dans nos délires hein !)
C'est vrai que utopie alliée à liberté fera toujours rêver les enfants, jeunes ou vieux, comme moi, mais le communisme reste aussi une idée séduisante et efficace quand on veut et surtout quand on ne peut plus faire autre chose, sachant que l'Histoire nous a appris récemment que ce n'était encore qu'une utopie + des millions de morts à la clé, etc..
Pour ma part, mon ambition est de faire un billet sur mon blogue qui au moins aura le mérite d'exprimer ma conception (actuelle hein !) du libéralisme dans surtout ce qu'il ne devrait pas être ! (C'est de la philosophie quantique ou du quantisme dont je veux être le fondateur tout comme je désire devenir le prochain empereur d’Occident... smiley comme ils disent)
...
Le libéralisme est plus antique que vous ne le croyez : je vous invite à lire ou relire Lao Tseu, Confucius, Platon â bien des égards, Diogène, Sénèque, Juvėénal, Villon, Rabelais, Shakespeare, Montaigne, Voltaire, Montesquieu, of course, Rousseau, pourquoi pas, et à vous documenter sur l'expérience tragique de Lycurgue à Sparte, sur l'organisation des Templiers et celle des villes franches, des guildes et des corporations du moyen-âge...
Sur le contrat féodal aussi (une récente et nouvelle piste pour moi)
Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie du réchauffement eux-disant global hein !
...
Je vous rends le lien, évidemment, et en tête de liste en plus. Smiley comme ils disent.
Bien à vous