Bourbons d'armoiries et d'alambics

Publié le 20 Juin 2014

Or donc et subséquemment, notre bonne vieille Europe aux vieux parapets arthuriens à depuis hier un nouveau roi couronné en Espagne sous le nom de Felipe VI.
Tout le monde aura noté que c'est un Bourbon, même si moult cancres las ne savent ni d'Ève, ni du vert Adam, la différence profonde, alambiquée et historique qui existe entre un Bourbon d'Espagne et un Bourbon de France comme d'autres, moins fatigués, mais plus éthérés, ignorent superbes, les deltas larges comme un océan atlantique qui séparent le bourbon, le whisky, le scotch, le cognac, l'armagnac, le schnaps, le calva ou l'aqua vitae de crapauds gras de la mère Cassecouille.
Cela étant, ce n'est pas bien grave sachant qu'il est essentiel de savoir tout de même que le Felipe de chez Borbòn & Paris-Match enfin réunis, est un descendant direct de Louis XIV (le dernier vrai roi de France — du moins dans sa jeunesse d'avant 1685) et donc de Henri IV (riton Ivé, pour les amateurs de banlieues fleuries au chanvre afghan, voire saint syrien) l'Henri de Navarre et du même bois, qui reste pour moi, le véritable premier roi de France (et toc !).
Bourbons d'armoiries et d'alambics
Pour ce que sont les autres bourbons de sangs non moins alambiqués, il faut seulement avoir dans la tête, la gorge, le foie ou l'estomac que le scotch n'est qu'un vieux jus de loup malté de barrique vénérable et bien boisée du fin fond de la nordique, atlantique, brumeuse et pluvieuse Écosse, tandis que le whisky, de bon malt lui aussi, n'est qu'un louveteau tout clair émoulu de n'importe quelle cornue du monde et du reste, du Japon (si, si) qui en fournirait actuellement les meilleurs crus.
Bourbons d'armoiries et d'alambics
Quant au bourbon, qui est une eau-de-vie américaine originaire du comté de Bourbon (Kentucky, capitale, Paris et ainsi nommé en l'honneur du brave, étêté et infortuné roi Louis XVI, un grand cousin de Felipe de Borbòn et d'Espagne), il est aussi très jeune d'alambic et très pauvre en malt puisque son grain d'amour et de quintessence est celui du maïs.

Bref, le bourbon ricain n'est qu'un jus de pop-corn comme bien d'autres gnoles de toute cuite et d'horizon, trafiquées ou pas, mais s'il est mis au frais, dans des caves dignes de ce nom et dans des fûts bien affutés et futés à la fois et à la foi, il grandira. Car comme c'est un Bourbon quelque part, et comme l'aurait chanté une opérette célèbre : il grandira, il grandira car il est Espagnol.

Et surtout, le fils d'un certain Juan-Carlos...

CQFD & AOC

Olé !

Fin de loup

Rédigé par Martin-Lothar

Publié dans #Histoires d'Histoire, #Boire & manger

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article